“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des travaux de peinture et d'histoire à l'église Saint-Michel

Mis à jour le 20/03/2018 à 05:17 Publié le 20/03/2018 à 05:17
Au pied de l'œuvre restaurée, les protagonistes de l'opération : Jean-Jacques Raffaele, maire, Florence Cremer, restauratrice, Sophie Kovalevsky, historienne d'art, Daniel Audemard (Socat), mécène, et Hélène Grouselle, adjointe.

Au pied de l'œuvre restaurée, les protagonistes de l'opération : Jean-Jacques Raffaele, maire, Florence Cremer, restauratrice, Sophie Kovalevsky, historienne d'art, Daniel Audemard (Socat), mécène, et Hélène Grouselle, adjointe. MEC

Des travaux de peinture et d'histoire à l'église Saint-Michel

Une cérémonie conviviale a réuni quelque 80 personnalités et Turbiasques en l'église St-Michel à l'occasion de la présentation de la fresque murale restaurée dans la Chapelle de la Miséricorde.

Une cérémonie conviviale a réuni quelque 80 personnalités et Turbiasques en l'église St-Michel à l'occasion de la présentation de la fresque murale restaurée dans la Chapelle de la Miséricorde.

La restauration a été réalisée au printemps 2017, dans le cadre d'une convention de mécénat entre la Ville et Daniel Audemard, président de la Socat. Et si l'inauguration n'a eu lieu qu'un an après, c'est que ces travaux ont entraîné une étude pour déterminer l'origine de l'œuvre et l'identité des deux personnages qu'elle met en scène.

Une copie de la « Vision d'Ostie »

Durant six mois, Sophie Kovalevsky, historienne d'art, a mené l'enquête dans le cadre d'un avenant à la convention. Et livré un travail passionnant. « J'ai lu votre rapport comme un polar », s'est enthousiasmé le maire, Jean-Jacques Raffaele, lors de son discours d'accueil dans lequel il a par ailleurs vivement remercié Daniel Audemard pour son action de mécénat de longue date.

Et, à son tour, l'assemblée - parmi laquelle se comptaient Monseigneur Barsi, archevêque de Monaco, Xavier Beck, maire de Cap-d'Ail et des élus dont Hélène Grouselle, adjointe à la culture, qui a mené cette opération - est restée suspendue aux lèvres de Sophie Kovalevsky. En une vingtaine de minutes, l'historienne a livré le récit de ses recherches au terme desquelles elle est parvenue à la conclusion qu'il s'agit de l'une des nombreuses copies de la « Vision d'Ostie » (Girolamo Muziano, XVIe siècle) qui met en scène Saint-Augustin et Ste-Monique, sa mère. Si le peintre anonyme qui l'a réalisée n'était pas un maître dans son art, « la conservation de cette peinture murale présente un très haut intérêt pour les historiens de l'art qui auront beaucoup à en apprendre et c'est une grande chance pour La Turbie d'avoir une telle image » a conclu l'historienne.

D'abord parce que très peu de décors peints datant de cette époque sont conservés dans notre région. Mais aussi par ce qu'elle raconte des commanditaires - sans doute des prieurs de la confrérie de la Ceinture - et de l'influence de l'apostolat des Augustins dans les villages : l'ordre distribuait des ceintures bénites sous l'invocation de Ste Monique.


La suite du direct