“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Des pirates informatiques se servent du nom Monaco

Mis à jour le 24/12/2016 à 05:06 Publié le 24/12/2016 à 05:06
Des pièces-jointes à un mail d'apparence inoffensives peuvent contenir des programmes informatiques malveillants. Comme ces courriels envoyés à des ministères français qui font référence à des événements se déroulant à Monaco.

Des pièces-jointes à un mail d'apparence inoffensives peuvent contenir des programmes informatiques malveillants. Comme ces courriels envoyés à des ministères français qui font référence à des événements se déroulant à Monaco. Sébastien Botella

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Des pirates informatiques se servent du nom Monaco

Depuis une semaine, quelque 80 000 mails contenant des liens malveillants ont été envoyés par des assaillants qui utilisent des intitulés d'événements se déroulant en Principauté

Aujourd'hui, Troie a disparu. Il ne reste que des vestiges en pierre, dans la province de Çanakkale, tout à l'ouest de la Turquie. Le nom de la cité, lui, est resté. Il désigne notamment un type d'attaque informatique. Depuis une semaine, quelque 80 000 mails ont été envoyés en utilisant cette technique… en se servant de noms d'événements se déroulant à Monaco.

La technique du Cheval de Troie obéit aux mêmes ressorts que la ruse pensée par Ulysse pour briser le siège de la cité, dans l'Antiquité : cacher des soldats à l'intérieur d'un cheval en bois que les habitants de Troie assiégée ont laissé rentrer. Aujourd'hui, les pirates informatiques veulent tromper la vigilance de leur cible. Ils avancent masqués, en s'abritant derrière des vecteurs apparemment anodins. Puis frappent de l'intérieur. Ils envoient un email avec une pièce jointe d'apparence inoffensive, comme le cheval de l'Antiquité. Sauf qu'elles peuvent contenir des programmes permettant à un pirate de prendre le contrôle d'un ordinateur. Voire d'un réseau.

Prise de contrôle

Dans le cas du piratage en cours, les objets de ces documents en «.doc » sont des variations sur ces thèmes : « Visiter l'exposition annuelle de voitures à Monte Carlo » ; « L'exposition annuelle de voitures à Monte Carlo » ; « L'exposition annuelle de voitures à Monte Carlo - 2016 » ; « Visiter l'exposition annuelle de voitures à Monte Carlo - 2016 » ; « Festival du cirque à Monaco »…

Une fois qu'ils ont pris la main sur la machine, les pirates peuvent ensuite fouiller leur contenu, récupérer des données, en détruire d'autres, lancer des envois de mails massifs visant à paralyser les cibles qui reçoivent ces mails…

L'attaque qui a démarré le vendredi 16 décembre, elle, ciblerait certains ministères français.

Aucune information n'a filtré sur l'identité des individus derrière cette attaque. Ni sur leurs intentions.

En attendant, pour se prémunir de ces attaques, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information française livre plusieurs conseils, pour ouvrir ses mails en toute sécurité. « N'ayez pas une confiance aveugle dans le nom de l'expéditeur ; méfiez-vous des pièces jointes ; ne répondez jamais à une demande d'informations confidentielles ; passez votre souris au-dessus des liens, faites attention aux caractères accentués dans le texte ainsi qu'à la qualité du français dans le texte ou de la langue pratiquée par votre interlocuteur… ».

Histoire ne pas se laisser tromper. Et de ne pas finir comme la ville de Troie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.