“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des montagnes du nord de l'Inde à la Côte d'Azur

Mis à jour le 15/11/2018 à 05:02 Publié le 15/11/2018 à 05:02

Des montagnes du nord de l'Inde à la Côte d'Azur

Six moines tibétains sont en visite à Menton. Leur venue s'inscrit dans le cadre d'un périple en Europe destiné à lever des fonds afin de financer un pensionnat pour les élèves du Ladakh

Une maison de ville toute en étages, dans une rue tranquille du centre de Menton. De petits bruits de frottement s'élèvent d'une pièce au rez-de-chaussée. Des mains minutieuses font glisser de fins outils en forme d'entonnoirs l'un contre l'autre.

La manœuvre permet de projeter de minuscules morceaux de pierres réduites en poussière ou de grains de sables teints.

Le résultat, c'est une palette multicolore aux nuances bleues, jaunes, vertes ou rouges, qui, de loin, pourrait ressembler à une peinture.

Midi viennent de sonner, hier, et un mandala voit le jour. Ce rituel bouddhiste exige mille gestes et une concentration de tous les instants. Surtout quand ce sont des moines tibétains qui officient. Invités par l'association La maison du Bien-Être (1), ils proposent, jusqu'à ce soir, méditation, rencontres, danses, prières…

Des rencontres et des échanges

Ils sont venus du Ladakh, une région montagneuse du nord de l'Inde. Leur visite s'inscrit dans le cadre d'un périple européen. Trois mois durant, ils arpentent la France et l'Italie avec, en tête, un objectif bien précis : lever des fonds pour l'institut Ngari. Ce pensionnat accueille des enfants de familles de nomades de la région, afin de leur permettre d'être scolarisés (lire encadré). Sans cette structure, « ils ne pourraient pas aller à l'école », explique Lobsang Dhamchoe, l'un des moines tibétains présents à Menton. Notamment car dans les montagnes, les distances sont trop importantes, souligne celui qui est manager et comptable du pensionnat. Les moines fournissent également la nourriture, l'habillement ou le matériel scolaire.

Tout cela, il l'explique aux gens qui, à Menton ou ailleurs, viennent à sa rencontre. Et ils sont nombreux. D'abord parce que la route des six religieux les a amenés à parcourir la France de Nîmes à Colmar et de Rouen à Strasbourg. Ensuite parce leur présence attire. Exemple hier, dans la rue, quand une dame s'approche et salue les moines en joignant les mains.

« Les gens sont très ouverts, confirme Lobsang Dhamchoe. On rencontre beaucoup de personnes qui sont allées en Inde, au Ladakh ». Et ce n'est pas fini. Vendredi, les moines reprennent la route. Avant de s'envoler à nouveau vers le nord de l'Inde à la mi-décembre, depuis Rome. En Italie, les moines vont reproduire le même schéma qu'à Menton : méditation, rencontres, danses… et confection de nouveaux mandalas, encore. Des créations par nature éphémères, puisqu'elles sont ensuite détruites. « C'est pour montrer que dans l'existence, rien n'est permanent », glisse Lobsang Dhamchoe. Le mandala réalisé dans la maison de ville toute en hauteur du centre de Menton sera dissous dans la mer.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct