“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des magnolias centenaires ont bien été abattus à Menton. Et ça fait débat

Mis à jour le 27/11/2018 à 10:20 Publié le 27/11/2018 à 10:20

Des magnolias centenaires ont bien été abattus à Menton. Et ça fait débat

Après des semaines d'espoir, les arbres centenaires ont finalement été abattus ce lundi matin sous les regards tantôt surpris, tantôt scandalisés des Mentonnais.

C'est une page de l'histoire de Menton qui s'est tournée ce lundi sous le battement incessant des tronçonneuses et des broyeuses. La sciure plein les yeux et le cœur chagriné, les Mentonnais ont assisté à l'abattage des dix-huit magnolias de l'avenue de Verdun. Dès 7 heures du matin et jusqu'au milieu de l'après-midi, les arbres centenaires malades ont ainsi disparu un par un du paysage.

Au grand désespoir de l'Aspona (Association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune, Menton et environs) qui s'est battue bec et ongles pour que les magnolias ne soient pas ratiboisés. Pas plus tard que samedi, une "journée de l'arbre et des forêts" avait été organisée.

En vain.

"Nécessaire"

Les trous laissés par les arbres abattus ce lundi vont être rebouchés ce mardii.
Les trous laissés par les arbres abattus ce lundi vont être rebouchés ce mardii. Cyril Dodergny

Mais pas de protestations ce lundi matin. Si la tristesse était là, la compréhension a adouci un peu cette décision municipale. "On est un peu choqué et désorienté par le vide. Ça fait de la peine, on s'y était habitué à ces magnolias mais on comprend", expliquent Bernadette et Jean, de Menton.

Idem pour Christian et Cathy, de l'agence immobilière Thalassa. "C'était un mal nécessaire. Les racines des arbres étaient prises dans les réseaux de la ville. Ça fait de la peine mais il faut être raisonnable."

Un avis que partage Aurore, négociatrice à l'agence immobilière Elit. "Beaucoup de personnes âgées sont tombées sur ce trottoir abîmé par les racines. Les habitants gagnent en visibilité et perdent les nuisances apportées par les oiseaux."

Du côté de certains commerçants, le doute est présent. "Le seul avantage de ces arbres était l'apport d'ombre apprécié durant l'été. Dans notre région, c'est un vrai besoin. Qu'est ce qui va être fait désormais?", se demande Thierry, de la Maison de la presse.

Pour d'autres, ce sont les semaines à venir qui inquiètent. "J'attends de voir ce qui va être mis à la place des magnolias et surtout comment vont se passer les travaux", confie une commerçante.

Cette coupe nette dans le paysage n'était que la première partie. Et intervient dans le cadre de la rénovation et de la sécurisation des trottoirs de l'avenue.

Si elle est contestée, aucune autre solution n'aurait pu être envisagée.

"À cause de la pollution, les arbres étaient trop abîmés. Les déplacer n'aurait rien changé. Mais surtout c'était risqué, les racines se sont emmêlées au réseau", précise Cécile Giorni, directrice des Services techniques de la Ville.

Avant de poursuivre sur les travaux à venir: "Dès demain [ce mardi] les trous laissés à la suite des abattages vont être rebouchés. Puis les travaux de rénovation commenceront à la fin de la semaine et devraient se finir en mai 2019, avec une pause pour les fêtes de fin d'année et la fête du Citron"

Le coût? Environ 500.000 euros.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct