“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Des "joyaux" découverts aux quatre coins du globe au salon des minéraux à Menton

Mis à jour le 23/04/2019 à 13:24 Publié le 23/04/2019 à 13:20
Sur trois jours, le Salon a accueilli plus de mille visiteurs au Palais de l’Europe autour de stands, de conférences et d’ateliers pour enfants.

Sur trois jours, le Salon a accueilli plus de mille visiteurs au Palais de l’Europe autour de stands, de conférences et d’ateliers pour enfants. Photo Dylan Meiffret

PHOTOS. Des "joyaux" découverts aux quatre coins du globe au salon des minéraux à Menton

Durant trois jours, le Palais de l’Europe a accueilli la 19e édition du salon des minéraux. Le public a pu rencontrer des exposants originaires d’Inde, d’Afghanistan ou du Maroc. Et admirer des pierres rares, venues de très loin...

"J’ai rarement vu une aigue-marine aussi parfaite...", chuchote un visiteur en s’approchant de la pierre fine du Pakistan qui varie du bleu océan au vert lagon. Sur le stand, la palette de couleurs passe de l’indigo au rouge vif et invite au voyage...

Durant trois jours et jusqu’à hier soir, le Palais de l’Europe de Menton a accueilli le 19e salon des "Minéraux, fossiles, gemmes et météorites". En tout, près de mille visiteurs sont allés à la rencontre des quarante exposants, dont la plupart venaient exposer leurs pierres précieuses pour la première fois à Menton. "Et cette année, certains collectionneurs sont venus de très loin avec des pièces particulièrement rares pour partager leur passion", confie Robert Blanc, organisateur de l’événement.

D’origine Afghane, Gul présentait des rubis de son pays et des aigues-marines du Pakistan, vendus plusieurs milliers d’euros à l’unité.

Des "joyaux" qui attirent l’œil des collectionneurs pour leur rareté et leur beauté. "Je me déplace dans les villages locaux à la rencontre des mineurs qui travaillent sur les gisements, explique le passionné qui a installé son entreprise de minéraux en Allemagne. Pour récupérer ces pierres, les ouvriers doivent parfois se glisser dans des galeries très étroites et parfois monter jusqu’à 6.000 mètres d’altitude. Ce n’est pas un travail facile!"

Des découvertes dans le Sahara et en Australie

En face du stand de Gul, l’Indien Aziz Bahoo expose des scolécites, calcites et apophyllites extraits depuis un gisement de Maharashtra en Inde. "Je travaille en Italie et je fais beaucoup de salons des minéraux en France. Je me rends régulièrement dans mon pays à la recherche de pierres rares. Cela demande beaucoup de patience."

Au Salon, certains exposants sont des chasseurs de pierres mais aussi de véritables explorateurs. Originaire du Maroc, Ali El Amraoui se rend plusieurs fois dans l’année dans le désert du Sahara à la recherche de jaspe royal. Puis, il façonne lui-même la pierre, la polit puis en fait des galets, bracelets ou pendentifs. Au départ, cette passion commence par un hasard... "J’ai trouvé de la pierre de Jaspe dans le désert sans même savoir ce que c’était. C’est un ami, spécialiste des minéraux, qui m’a dit qu’elle avait de la valeur. Alors j’ai commencé à chercher des minéraux et j’en ai fait mon métier." Pour Renaud Baietto et Laure Bensa, la passion des minéraux est venue après un séjour de deux ans en Australie.

Là-bas, le jeune couple - originaires de Levens - entend parler d’un gisement de cristal fumé dans l’état du Victoria, près des Grampians. "Après avoir obtenu notre licence de mineur et s’être munis d’une pelle, d’une pioche et d’un seau, nous avons soigneusement choisi l’endroit ou creuser aux abords du gisement. Et là, c’est la découverte... "Nous avons déterré un à un les cristaux à la main. Pendant plusieurs mois, nous avons installé un campement sur le site, découvrant chaque jour des spécimens incroyables, naturellement terminés ou multi-terminés, jusqu’à 6 mètres de profondeur."

 Renaud et Laura font ensuite escale à Coober Peedy en Australie pour prospecter quelques opales. À la suite de cette aventure, le couple a pris des cours de gemmologie et a même créé un site Internet (1).

La passion pour les pierres et minéraux ne semble pas s’éroder. Loin de là!


1- www.charliesgems.fr

Gul et ses aigues-marines du Pakistan
Gul et ses aigues-marines du Pakistan Photo Dylan Meiffret
Photo Dylan Meiffret
Venus des quatre coins du monde, des chasseurs de joyaux ont présenté des pierres rares et recherchées par de nombreux collectionneurs.
Venus des quatre coins du monde, des chasseurs de joyaux ont présenté des pierres rares et recherchées par de nombreux collectionneurs. Photo Dylan Meiffret
L'œuf en septaria de Madagascar de Laure Bensa et Renaud Baietto.
L'œuf en septaria de Madagascar de Laure Bensa et Renaud Baietto. Photo Dylan Meiffret
La pierre de Jaspe royal du Sahara d’Ali El Amraoui.
La pierre de Jaspe royal du Sahara d’Ali El Amraoui. Photo Dylan Meiffret
La pierre calcite d’Inde d’Aziz Bahoo
La pierre calcite d’Inde d’Aziz Bahoo Photo Dylan Meiffret

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct