“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des fiches réflexes pour tous les scénarios

Mis à jour le 11/10/2019 à 10:25 Publié le 11/10/2019 à 10:24

Des fiches réflexes pour tous les scénarios

Monaco et les embouteillages : une grande histoire d’amour.

Monaco et les embouteillages : une grande histoire d’amour. Son statut de pourvoyeur d’emplois couplé à son territoire étriqué fait de la cité-Etat un goulot d’étranglement aux heures de pointe, matin comme soir. Chaque jour, en moyenne, plus de 110 000 véhicules entrent et sortent des 2,02 km². Dans le quartier de Fontvieille, l’équipe du Centre intégré de gestion de la mobilité (CIGM) veille, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, à ce que le chemin de croix ne se transforme pas en paralysie urbaine, à l’instar des embouteillages monstres subis ce mercredi dans les Alpes-Maritimes.

Alors, quand un grain de sable vient enrayer la mécanique, il faut réagir vite. Très vite. Le mur d’écrans, dans les locaux du CIGM, n’affiche pas les 521 caméras du pays donnant sur l’asphalte, auxquelles ils ont une autorisation d’accès. Alors, à chaque événement anormal (météo capricieuse, accident, objet sur la chaussée, véhicule à contresens, incendie…) une voix féminine robotisée se fait entendre dans la salle. Une détection automatique qui s’avère être une aide à la décision salutaire.

Prenons l’exemple d’un camion en flammes dans l’un des nombreux tunnels de la Principauté.

« Une alarme se déclenche car le tunnel est équipé de détections vidéos et Fibrolaser qui repèrent les incendies, explique Max Melan, superviseur au CIGM. Dans les secondes qui suivent, l’opérateur ferme le tunnel à la circulation. Les sapeurs-pompiers prennent en charge les véhicules et leurs occupants, déjà à l’intérieur, pour une mise en sécurité. »

Quand un ouvrage souterrain est fermé, l’information est projetée sur les panneaux à messages variables. En parallèle, toutes les entités sont alertées : les sapeurs-pompiers, la Sûreté publique, la Compagnie des autobus de Monaco, Escota. Et, bien sûr, les autorités françaises, s’il s’agit du tunnel montant franco-monégasque Rainier-III, donnant sur la Moyenne Corniche, ou la liaison Marquet débouchant à Cap-d’Ail.

Forcément, une fois ces axes majeurs interdits aux usagers de la route, le trafic se reporte sur les axes secondaires, les asphyxiant lentement mais sûrement. « On a des centaines de fiches réflexes dans lesquelles tous les scénarios ont été répertoriés avec les schémas de circulation qui en découlent. Si on ferme tel tunnel ou telle voie, on sait combien de policiers il faut placer et à quel endroit, afin de fluidifier la circulation, quelle voie de secours on doit privilégier », poursuit le superviseur.

Pour pondre ces fiches réflexes, véritable protocole à respecter scrupuleusement en cas de crise, il a fallu deux ans de travail. Forcément plus facile à élaborer dans un territoire aussi restreint. « J’ai dirigé le PC Malraux à Nice pendant quinze ans et, forcément, ce n’est pas la même échelle. A Monaco, avec ces fiches, on gagne beaucoup de temps. Quand on est en phase de crise, beaucoup de gens nous téléphonent. On peut alors passer à côté de quelque chose. Là, tout est listé sur papier. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.