Rubriques




Se connecter à

Des exercices pour changer Les hormones du bonheur

Lilou Macé, c'est un peu une journaliste du bonheur.

Publié le 14/09/2018 à 05:19, mis à jour le 14/09/2018 à 05:20
Lilou Macé, auteur et youtubeuse : une vraie journaliste du bonheur.
Lilou Macé, auteur et youtubeuse : une vraie journaliste du bonheur.

Lilou Macé, c'est un peu une journaliste du bonheur. Elle, elle dirait plutôt « de la conscience ». Avec sa caméra, cette ancienne directrice marketing qui a perdu son boulot sillonne d'abord les États-Unis et ensuite l'Europe : « Ca fait 12 ans que je me balade et que j'interviewe les grands auteurs ». Particulièrement dans le domaine du bien-être et du développement personnel. Des vidéos qui alimentent sa chaîne Youtube. « Le but c'est de donner des outils pour rebondir et aller de l'avant dans les périodes difficiles. » Et pour cela, elle propose aussi des exercices intitulés « le défi des 100 jours ». Livre, site Web, application, cette touche-à-tout surfe sur toutes les tendances, avec beaucoup de contenus gratuits.

Cela n'aura échappé à personne : l'être humain est un mammifère. Le Dr Loretta Breuning l'a bien compris. Elle a beaucoup étudié les animaux et les hormones, pour découvrir celles du bonheur. Dopamine, endorphine, ocytocine et sérotonine : vous en avez déjà entendu parler. Elle, elle explique comment ça marche : « La dopamine apporte la joie de trouver ce que l'on cherche. C'est ce qui donne aux animaux le coup de pouce nécessaire pour la chasse. » C'est aussi l'hormone qui est secrétée quand on est proche d'atteindre un but qu'on s'est fixé. À partir de ces recherches, Loretta Breuning donne des pistes pour apprivoiser ses hormones, et ressentir leurs bienfaits plus souvent.

Le Dr Loretta Breuning donne des outils pour maîtriser ses hormones du bonheur.
Le Dr Loretta Breuning donne des outils pour maîtriser ses hormones du bonheur.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.