Rubriques




Se connecter à

Des étoiles dans le bocal

Vincent Ferniot vient d'ouvrir à Monaco son douzième « Boco ». Un concept de restauration rapide maturé avec son frère Simon, et concocté par des chefs étoilés de toute la France

CEDRIC VERANY Publié le 09/04/2017 à 05:02, mis à jour le 09/04/2017 à 05:02
Le journaliste culinaire est aussi à l'origine de ce concept de fast-food qui vient d'ouvrir boulevard Albert-Ier.
Le journaliste culinaire est aussi à l'origine de ce concept de fast-food qui vient d'ouvrir boulevard Albert-Ier. Cyril Dodergny

Faire tenir l'expression d'un chef étoilé dans un bocal en verre, transportable partout. Voilà pour le concept de « Boco », nouveau venu dans le paysage gastronomique de la Principauté.

Un établissement de restauration rapide premium imaginé par Vincent Ferniot. « Les idées, tout le monde en a. Ce qui compte, c'est la mise en place », attaque d'emblée le journaliste culinaire, bien connu des téléspectateurs de Midi en France. Il a maturé son projet de nombreuses années avant de se lancer, il y a six ans, avec son frère Simon, spécialiste du marketing, dans l'aventure.

Le tout sous l'emblème du petit bocal en verre de grand-mère, qui gagne en « branchitude » dans ce concept de fast-food au bon goût. Et qui contient des plats issus de recettes signées par des chefs renommés, dégustables une fois le couvercle soulevé.

 

« Au départ, notre envie était de démocratiser la gastronomie étoilée, pour permettre au plus grand nombre de goûter à la méthode de travail d'un chef », continue-t-il, assurant que pour lui, « la cuisine est la principale culture que l'on partage en Europe, autour d'une table ».

«La bande à Boco »

Leur premier « Boco », ils l'ouvrent il y a six ans à Paris. Depuis, il en a poussé une dizaine en France, Suisse, Belgique et Luxembourg. Monaco est la douzième adresse, « et nous sommes très fiers de démarrer notre épopée azuréenne en Principauté ».

Partout, le concept est le même. Une carte d'entrées, de plats et de desserts, tous conditionnés dans des bocaux en verre, que le client choisit dans les étagères réfrigérées avant de trouver sa place en terrasse ou dans la salle de l'enseigne, voisine de l'Automobile Club, le long du boulevard Albert-Ier. Les formules à 16 euros (entrée+plat ou plat+dessert) se veulent attractives.

 

Chaque plat est signé d'un chef étoilé. « On les appelle la bande à Boco », rigole Vincent Ferniot, qui sous sa casquette de chroniqueur culinaire, a fait du monde de la gastronomie sa deuxième famille. C'est eux qu'il a fallu convaincre pour valider son idée. « Ils ont rapidement saisi notre concept de créer une passerelle entre la fast-food et la gastronomie. Et après, ils l'ont fait parce qu'ils avaient confiance en moi. »

Le casting de l'aventure comprend, dans la bande, Gilles Goujon, Emmanuel Renaut, Jean-Michel Lorain, Régis Marcon, Stéphane Décotterd, Oliver Bellin, Philippe Urraca, les pâtissiers Philippe Conticini, Damien Moutarlier, Paul Wittamer, Frédéric Bau. Et Vincent Ferniot lui-même, qui propose quelques recettes.

Comme cela a été fait en Belgique avec le tandem Pierre Wynants & Lionel Rigolet, l'installation à Monaco devrait se conjuguer avec de nouveaux membres, azuréens, prêts à rejoindre la bande. « J'ai beaucoup d'amis chefs à Monaco », glisse Vincent Ferniot, citant Christophe Cussac, Philippe Joannès ou Paolo Sari.

La carte, qui varie au rythme des saisons, pourrait ainsi voir apparaître des recettes de certains d'entre eux dans les prochaines semaines.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.