“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Des élus français se penchent sur l'asphyxie routière aux abords de Monaco

Mis à jour le 21/03/2016 à 05:02 Publié le 21/03/2016 à 17:10
La circulation est systématiquement engorgée aux entrées de la Principauté.

La circulation est systématiquement engorgée aux entrées de la Principauté. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Des élus français se penchent sur l'asphyxie routière aux abords de Monaco

Les maires de Cap-d'Ail, La Turbie et Beausoleil cherchent plus que jamais à résoudre les problèmes d'asphyxie routière qui empoisonnent la vie de milliers de pendulaires

C'est le président du Conseil national Laurent Nouvion qui avait dévoilé le malaise le 12 mars dernier dans les colonnes de Monaco-Matin, expliquant que les élus des communes limitrophes avaient refusé de participer à une table ronde sur la circulation en Principauté qui avait donc été annulée.

Les maires de La Turbie, Jean-Jacques Raffaele, et de Beausoleil, Gérard Spinelli, ont cependant voulu préciser qu'ils n'avaient pas décliné l'invitation à l'inverse de leur homologue cap-d'aillois.

« Le problème se situe à Cap-d'Ail, il me semble donc logique d'organiser une réunion à Cap-d'Ail », souligne l'édile Xavier Beck.

Ce qui avait mis le feu aux poudres était une brouille au sujet de propos émanant d'élus monégasques « à la limite du condescendant » que n'avait guère goûté Xavier Beck. « Nous avons toujours eu des relations constructives avec les autorités monégasques, surtout le gouvernement », souligne l'élu français.

« Propos anormaux et déplacés »

Visiblement, ce n'est pas le cas avec tous les élus de la Principauté. En séance publique, le 5 octobre 2015, Thierry Poyet avait pointé du doigt Cap-d'Ail (Monaco-Matin des 17 et 19 octobre 2015). « Thierry Poyet n'a fait qu'enfoncer des portes ouvertes. Je ne supporterai plus qu'on nous dise, en gros, " on vous donne à manger alors taisez-vous ". Il ne faut pas oublier que chacun y gagne. Comment fonctionnerait la Principauté sans les milliers de salariés français ? »

Le maire n'hésite pas à qualifier ces propos « d'injurieux », « pour nous, élus français, mais aussi pour tous ceux qui travaillent à Monaco. On n'est plus au temps de la féodalité ! »

Le maire de La Turbie Jean-Jacques Raffaele se dit « solidaire » de son confrère cap-d'aillois. « Ces propos étaient anormaux et déplacés », juge-t-il.

Xavier Beck n'a pas apprécié davantage les remarques de Christophe Robino. « Il a parlé de " la saga des permis de construire du Cap Fleuri "(1). Sauf que, pour mémoire, il s'agit d'un projet adopté par la commune de Cap-d'Ail dans le cadre de son plan local d'urbanisme. Mais lorsque les demandes de permis ont été déposées trois ans plus tard, elles ne correspondaient plus au projet initial. Alors forcément, on n'accepte pas une demande de permis de construire comme ça ! »

Le point commun des trois élus est leur volonté de résoudre le problème de la circulation.

Table ronde à Cap-d'Ail

« Il y a urgence en la matière », insiste Jean-Jacques Raffaele. « Nous n'avons pas de nouvelles quant à la possible ouverture de la bretelle d'autoroute de Beausoleil », note Gérard Spinelli.

S'il y a bien un endroit où ça coince, c'est à Cap-d'Ail. Xavier Beck en est conscient et plébiscite les solutions efficaces. Ce qui n'est, de son point de vue, pas le cas de l'idée de réaliser un tunnel. « Les ingénieurs de la Métropole Nice Côte d'Azur ont démontré que construire une trémie sous le giratoire du Général de Gaulle et le cimetière n'améliorerait pas grand-chose. Et en plus, cela va paralyser le trafic pendant les 18 mois de travaux. »

Pour l'élu, il faut privilégier les voies entrantes en Principauté. Ainsi, il a suggéré au gouvernement monégasque de créer une deuxième voie pour arriver à Monaco au niveau de la Moyenne Corniche en récupérant une voie de stationnement. Car finalement, beaucoup de pendulaires arrivent entre 7 h 30 et 9 h 30 alors que les retours en fin de journée sont beaucoup plus étalés. L'entrée est donc plus complexe à gérer que la sortie.

Si aucune date n'est pour l'instant fixée, il n'est pas impossible qu'une table ronde sur la circulation soit organisée prochainement à Cap-d'Ail, en présence des représentants des communes limitrophes et de Monaco.

(1) Christophe Robino, le 5 octobre 2015 déclarait précisément en session: «(...) Les problèmes des permis de construire qui sont une sorte de saga un peu difficile à comprendre sauf à y mêler les intérêts de la mairie de Cap-d’Ail.»


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.