“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Des bornes toutes neuves pour des ports plus propres à Monaco

Mis à jour le 23/08/2020 à 18:29 Publié le 23/08/2020 à 18:25
L’opération du quai des États-Unis s’est échelonnée sur trois ans et a été réalisée par la Direction des Travaux publics.

L’opération du quai des États-Unis s’est échelonnée sur trois ans et a été réalisée par la Direction des Travaux publics. Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Des bornes toutes neuves pour des ports plus propres à Monaco

270 bornes permettent désormais aux bateaux et yachts de se brancher à l’électricité, l’eau douce et le réseau des eaux grises et noires. La solution pour avoir un environnement moins pollué.

Un port plus propre : c’est l’objectif de la SEPM, la Société d’exploitation des ports de Monaco, qui se réjouit de l’installation de nouvelles bornes sur les quais.

Elles permettent à tous les bateaux d’accéder à l’électricité, à l’eau et à la vidange des eaux grises et noires. Des bornes qui scintillent et ne passent pas inaperçues, comme celles, tout juste opérationnelles, sur le quai des États-Unis.

Au total, 270 dispositifs de ce type se répartissent entre le port de Fontvieille et Hercule. « Petit à petit, les anciennes bornes sont changées, explique Olivier Imperti, directeur administratif et financier de la SEPM. Plus d’une cinquantaine ont déjà été mises en place. »

Leur taille et leur coût (entre 2.000 et 10.000 euros l’unité) varient en fonction de la taille des bateaux prévus à chaque lieu précis d’amarrage.

Qui paie quoi ?

Certains investissements ont été réalisés par la SEPM, notamment à la digue Sud située au bout du quai Antoine-Ier et du ponton chicane à l’opposé, quai des États-Unis.

Les opérations de plus grandes envergures, comme celle en cours au quai des États-Unis, sont réalisées par le concédant au travers de la Direction des Travaux publics.

Le prochain investissement conséquent (2,5 millions d’euros) est celui de l’appontement Jules-Soccal. Il s’achèvera fin 2021 pour que tous les navires de grande taille puissent systématiquement se brancher.

Il y a de nombreux travaux à réaliser pour fournir la puissance adaptée aux besoins de ces navires : frais d’études, travaux de génie civil, acquisition de transformateurs et de bornes, etc. La conduite de travaux de cette opération sera assurée par la Direction des Travaux publics et financée par la SEPM.

Jusqu’à 600 ampères

Les puissances délivrées par les prises installées sur ces bornes peuvent aller jusqu’à 600 ampères. L’électricité est facturée en fonction de la consommation réelle de chaque navire.

Les emplacements destinés aux plus grosses unités disposent d’un transformateur dédié, comme pour le Lady Moura, long de 105 mètres.

Les petites unités, qui bénéficient généralement d’un contrat annuel, n’utilisent pas ce service, celles allant jusqu’à 11 ou 12 mètres consommant très peu. L’électricité est alors comprise dans la redevance annuelle.

Une redevance qui, il faut le savoir, est étonnamment la moins chère de la Côte d’Azur… « Dans la pratique, les consommations sont facturées au-delà d’une franchise. Cela concerne les bateaux de passage de 12 à 15 mètres », précise Oliver Imperti.

Eaux douce, grise et noire

Les bornes disposent également de vannes permettant de se relier au réseau de la Société monégasque des eaux.

Une arrivée d’eau douce permet aux navires de remplir les réservoirs pour les nettoyer après plusieurs jours de croisières.

Les nouvelles bornes, en outre, sont équipées d’un système permettant de vidanger les réservoirs contenant les eaux noires et grises des navires. « Cela permet de s’assurer qu’aucun rejet n’est réalisé dans nos ports, note Olivier Imperti. Les emplacements affectés aux navires de moyenne et grande plaisance permettent aujourd’hui de se débarrasser des eaux usées dans le réseau urbain de la Principauté. »

La quasi-totalité des bateaux compatibles

Désormais, donc, chaque bateau, selon sa taille, peut se brancher sur les bornes adéquates. Seuls les yachts nord-américains, dont la fréquence des courants est différente et ne disposant pas d’installations techniques adéquates, n’ont pas accès à l’électricité.

La quasi-totalité des bateaux présents sur les ports sont compatibles. « Quand les bateaux ne restent que quelques heures, les capitaines sont un peu réticents car cela demande une mise en œuvre. Mais globalement, tout le monde joue le jeu. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.