“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Des Annales monégasques à la pointe d'accent russe

Mis à jour le 15/12/2015 à 05:00 Publié le 15/12/2015 à 05:00
Parmi les articles de la 39e édition, un chapitre est consacré à l'exposition évoquant les relations entre les Grimaldi et les Romanov, présentée cet été au Palais princier.

Parmi les articles de la 39e édition, un chapitre est consacré à l'exposition évoquant les relations entre les Grimaldi et les Romanov, présentée cet été au Palais princier. Cyril Dodergny

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Des Annales monégasques à la pointe d'accent russe

Chaque année à l'automne, un nouveau numéro de cette revue historique, pilotée par les Archives du Palais princier, est publié. La 39e édition vient de paraître

C'est une constante à chaque automne : l'arrivée d'un nouveau numéro des Annales monégasques, revue historique pilotée par les Archives du Palais princier.

La 39e édition vient de paraître, avec, année de la Russie oblige, un petit accent russe. En effet, parmi les grands dossiers de l'édition 2015, un chapitre évoque l'exposition présentée cet été dans les Grands Appartements du Palais, consacré aux liens entre les Grimaldi et les Romanov du XVIIe au XXe siècle.

Une section éclairée par un texte des historiens Michel Balard et Oleg Barabanov sur les liens entre les Grimaldi et la mer Noire au Moyen âge.

Les lettres de Proust au prince Pierre

La revue offre aussi, cette année, une exclusivité à ses lecteurs. Celle de la parution de la correspondance inédite entre Marcel Proust et le prince Pierre.

« Ces courriers étaient comme un trésor pour le prince Rainier III qui les avait conservés dans ses archives personnelles. Et parmi ces documents, la longue lettre de 19 pages, dans laquelle Marcel Proust évoque son travail, fait référence chez les spécialistes de l'écrivain, qui la considère comme l'une des dix meilleures lettres de Proust », commente Thomas Fouilleron, directeur des Archives du Palais princier et de la publication.

Ces documents, reproduits pour la toute première fois, composent un large chapitre des annales, couplé aux commentaires d'un universitaire, biographe et spécialiste de Proust, Jean-Yves Tadié. Autre lien entre artiste et souverain, l'amitié entre le compositeur Jules Massenet et le prince Albert-Ier occupe quelques pages de la revue.

Pour la première fois, et afin de faciliter l'accès des non-francophones au contenu de la revue, un résumé de chaque article en italien et en anglais a été inséré.

Enfin, Thomas Fouilleron a souhaité, comme chaque année, placer dans la revue des articles liés à l'actualité. Ainsi un chapitre signé Jacqueline Carpine-Lancre évoque les premières participations de Monaco aux expositions universelles, « expliquant que, dès le début, Albert Ier utilisait ces participations pour évoquer ses campagnes scientifiques ».

On trouve aussi l'évocation du contrat de mariage de Jacques IV de Matignon et de la princesse Louise-Hippolyte de Monaco, en 1715, dont les dispositions sont arrêtées par Louis XIV et dont le texte est finalement signé, quatre jours après sa mort, par le jeune Louis XV. Ainsi, le mariage d'une princesse de Monaco et de Jacques IV de Matignon sera l'un des premiers actes de la régence post-Louis XIV. Une anecdote qui plaira aux amateurs d'histoire…

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.