“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Dernière tolérance pour le cyclomotoriste ivre

Mis à jour le 12/08/2016 à 05:04 Publié le 12/08/2016 à 05:04

Dernière tolérance pour le cyclomotoriste ivre

Claude s'en mord les doigts d'avoir pris son cyclomoteur après un bon déjeuner afin de rejoindre son domicile de La Trinité !

Claude s'en mord les doigts d'avoir pris son cyclomoteur après un bon déjeuner afin de rejoindre son domicile de La Trinité ! Car il est contrôlé dans un premier temps avec une alcoolémie de 0,51 mg par litre d'air expiré. Conduit à la Sûreté publique, un problème de machine oblige ce célibataire bon vivant à souffler à nouveau quarante minutes plus tard.

Evidemment, la proportion est passée à 0,42 mg/l (mais le taux délictuel reste fixé à 0,40 mg/l). Alors, il a comparu menotté devant le tribunal correctionnel selon la procédure de flagrant délit, avec une peine d'un mois d'emprisonnement avec sursis.

Cet agent de nettoyage n'est pas passé inaperçu vendredi dernier, vers 15 h 20. Un policier constate qu'il circule d'une manière « assez sportive » sur son engin dans les rues de la Principauté. Quand le conducteur est appréhendé, il transpire, ses yeux brillent et il titube… Direction la rue Suffren-Reymond. Pendant sa garde à vue, il déclare avoir siroté trois bières. En revanche, quand le président Florestan Bellinzona l'interroge, le prévenu affirme qu'il n'a jamais prononcé ce chiffre : « J'ai bu une seule bière. Forte peut-être ! Et j'étais énervé ! »

Le magistrat a toutes les peines du monde à le croire. « L'état d'agacement ne fait pas monter le taux d'alcool, surtout après cent cinquante minutes… Vous aviez bu avant pour avoir un tel taux ? Ce ne sont pas les avertissements qui manquent pourtant avec cinq condamnations pour ivresse sur votre casier français ! » L'homme pousse un non catégorique. Mais il reconnaît qu'il a eu « des problèmes avec l'alcool. Je me suis fait soigner. Aujourd'hui, je bois pastis et vin uniquement les jours de fête. Sinon rien le reste du temps. »

Le procureur Alexia Brianti met également en exergue les antécédents judiciaires du prévenu. « Ces condamnations n'ont eu aucun impact et Monsieur continue de conduire ! Il avait certainement consommé plus d'une bière. Avec une telle alcoolémie, c'est un délinquant de la route. Il faut le sanctionner pour qu'il prenne conscience de ses actes : pas moins de cinq jours de prison ferme. »

La défense demandera de juger le fautif sur le seul taux retenu. « Ce n'est pas une rechute, clame Me Arnaud Cheynut. Le casier monégasque de mon client est vierge et il travaille en Principauté. Il est accessible au sursis. Laissez-lui la possibilité de la liberté d'épreuve. Il faut l'accompagner dans sa démarche de soins… » Le tribunal sera plein de mansuétude… Un mois de sursis. Mais avec une épée de Damoclès pour cinq ans.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct