“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Dernier tango chez Cocteau

Mis à jour le 11/08/2018 à 05:17 Publié le 11/08/2018 à 05:16
Jean-Frédéric Neuburger avait ouvert la série de concerts au musée Cocteau.

Jean-Frédéric Neuburger avait ouvert la série de concerts au musée Cocteau. C.D.

Dernier tango chez Cocteau

Les concerts du musée Cocteau se sont achevés hier sur l'un des plus grands talents et plus beaux visages du festival.

Les concerts du musée Cocteau se sont achevés hier sur l'un des plus grands talents et plus beaux visages du festival. La violoncelliste qui était en scène, Camille Thomas, est déjà engagée dans l'une des plus grandes maisons de disques du monde, la Deutsche Grammophon.

Elle joue avec une grâce exquise. Son visage de muse aurait pu inspirer un peintre de la Renaissance. On aurait pu en faire l'effigie du festival. Avec son pianiste Lucas Debargue, ils nous ont inondés de bonheur, terminant leur programme sur le coup de bonne humeur d'un… tango de Piazzola.

Ainsi s'achevaient deux semaines de concerts au musée Cocteau. On l'a dit à plusieurs reprises, cette série de concerts constitue un « festival dans le festival ».

On connaît beaucoup de festivals, en France, qui se revendiquent festivals et n'ont pas ce niveau.

Parmi les moments mémorables, retenons en un avec les benjamins de la programmation, un autre avec les doyens.

Les benjamins étaient les stagiaires de la master class de Zahar Bron. Ils avaient entre 10 et 15 ans et formaient un orchestre qu'on pourrait donner en exemple à tous les conservatoires de France.

Les doyens étaient les membres du Quatuor Takacs - ensemble formé en 1975, dont nous vous avons raconté dans ces colonnes les péripéties de l'histoire. Bouleversante fut leur interprétation de quatuors de Mozart et de Dvorak.

Tout cela se termina donc, hier, avec le tango de Camille Thomas. Dernier tango chez Cocteau !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct