Depuis l'Allemagne jusqu'à Monaco, Marianne, 17 ans, traverse les Alpes à vélo pour les écolières d'Ethiopie

Marianne Roy, 17 ans, est partie d’Allemagne pour rejoindre le sud de la France et Monaco... en vélo. L’objectif derrière ces kilomètres? Lever des fonds pour une école en Éthiopie.

Article réservé aux abonnés
Joëlle Deviras Publié le 31/10/2022 à 16:06, mis à jour le 31/10/2022 à 16:06
Marianne Roy a parcouru 900 km entre Lindau, en Allemagne, et Monaco pour aider les jeunes filles d’Éthiopie. DR

Quelque 900 kilomètres et 11.000 mètres d’ascension à vélo à travers les Alpes du Nord et du Sud, c’est le défi que s’est lancé Marianne Roy.

La jeune fille de 17 ans a quitté Lindau, en Allemagne, pour Monaco dans le but de récolter des fonds pour les écolières d’Éthiopie par l’intermédiaire de l’Association humanitaire monégasque Monaco Aide et Présence (MAP).

7 pays en 8 jours

Grâce à sa détermination, et l’appui de nombreux donateurs et amis, elle est arrivée au bout de son périple et 11.150 € de fonds ont été levés.

Un exploit caritatif mais aussi sportif puisque Marianne a traversé sept pays en seulement huit jours: l’Allemagne, l’Autriche, le Liechtenstein, la Suisse, l’Italie, la France et Monaco, en passant par quatre cols alpins emblématiques: le col de l’Oberalp (2.044 m) et le col du Saint-Gothard (2.106 m) en Suisse, le Passo de la Maddalena (1.996 m) en Italie et le col de Cayolle (2.326 m) dans le sud de la France. Et cela sans véhicule d’assistance, avec tous ses bagages sur son vélo et seulement deux coéquipiers pour compagnie.

Sa motivation? "De petits actes de gentillesse peuvent changer le monde et aider des personnes confrontées à des défis quotidiens."

Un programme de scolarisation

Marianne a décidé de s’associer à MAP pour soutenir un programme exceptionnel de scolarisation de jeunes filles en Éthiopie.

Le projet est porté par l’ONG éthiopienne Trampled Rose, et vise à protéger l’avenir d’adolescentes défavorisées et exploitées en leur donnant une éducation de qualité et un environnement sûr dans lequel elles peuvent s’épanouir.

Issues de familles pauvres, les filles ne sont pas autorisées à aller à l’école si elles n’ont pas d’uniformes et de fournitures. Elles vivent souvent à plusieurs heures de marche de l’établissement scolaire, et sont dans la plupart des cas victimes de mariage précoce. Par l’intermédiaire du programme Trampled Rose, ce sont plus de 130 jeunes filles qui peuvent avoir de vraies perspectives d’avenir.

 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.