“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Défilé d’élégance sur la place du Casino

Mis à jour le 30/06/2019 à 10:14 Publié le 30/06/2019 à 10:13
Cette Mac Laren F1 de 1996, parmi les plus jeunes de la compétition, n’a pas pris une ride dans ses lignes affirmées. Pour la petite histoire, le constructeur l’avait déjà présentée en avant-première à Monaco, en 1992.

Défilé d’élégance sur la place du Casino

Pour la troisième journée du rendez-vous « Élégance et automobile à Monte-Carlo » hier, les 47 voitures présentes en Principauté ont défilé face à un jury chargé de les noter. Verdict aujourd’hui

Il y a les nostalgiques, les amoureux de belles carrosseries ou tout simplement ceux qui vibrent en entendant vrombir les moteurs. Tous sont des cibles potentielles pour un voyage spatio-temporel hier à Monte-Carlo où, en fin de journée, un ballet de cylindrées toutes pimpantes s’est organisé. Et ce, même si parfois certaines sont de vieilles dames.

Des proportions plaisantes à l’œil

C’était le temps fort du concours « Élégance et automobile à Monte-Carlo » relancé par l’ACM et entamé depuis jeudi soir. Les 47 belles du week-end - la plus ancienne a été construite en 1914 - avaient rendez-vous place du Casino pour un défilé face à un jury averti : Sandra Button, la présidente du concours d’élégance Pebble Beach ; l’artiste Lorena Baricalla ; l’ancien pilote Thierry Boutsen et le designer automobile Lorenzo Ramaciotti.

« Ce que l’on juge, ce sont d’abord les proportions qui doivent être plaisantes à l’œil », explique au micro le directeur de l’événement Christian Philippsen pour que le public, massé derrière des barrières malgré la chaleur, comprenne la démarche. « Puis le contact avec les propriétaires, à qui nous demandons : si la voiture pouvait parler, quelle serait son histoire ? ». À ce jeu-là, la numéro 29 aurait des choses à dire. La très chic Alfa Romeo 6C 1750 GS Coupé a gagné la course des 24 Heures du Mans en 1935. Mais l’année d’avant, elle avait remporté le concours d’élégance, déjà en Principauté !

Les vainqueurs, dans les neuf catégories, seront récompensés ce matin, à 11 heures, sur la place du Palais.

Placé sur la terrasse du Louis-XV, le jury observait finement le ballet.
En 1934, cette Alfa Romeo avait été consacrée comme « la plus élégante » à Monte-Carlo. En sera-t-il de même en 2019 ? Réponse aujourd’hui.
En 1934, cette Alfa Romeo avait été consacrée comme « la plus élégante » à Monte-Carlo. En sera-t-il de même en 2019 ? Réponse aujourd’hui. Jean-François Ottonello
Les propriétaires étaient invités à être aussi chics que leurs véhicules.
Atmosphère surannée sur la place du Casino.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.