“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Déception chinoise

Mis à jour le 16/08/2018 à 05:13 Publié le 16/08/2018 à 05:13

Déception chinoise

Malgré un record personnel établi durant les repêchages des championnats du monde universitaires à Shanghai, Quentin Antognelli termine 6e

Je ne suis pas forcément déçu de ma place mais plutôt de ma prestation. J'ai un peu l'impression d'être passé à côté de ma course. »

Quelques heures après sa 6e place en finale des championnats du monde universitaires à Shanghai (10-12 août), Quentin Antognelli avait du mal à cacher son amertume. Seul représentant de la Principauté, le rameur de la Société nautique avait pourtant amélioré son record personnel lors des repêchages, en parcourant les 2 kilomètres de course en 7'01''74. « Un tel chrono lui aurait permis de se classer 3e en finale », précise son entraîneur, Daniel Fauché, qui l'avait accompagné en Chine.

Le duo, arrivé dans la mégapole chinoise le 4 août, avait pris le temps de s'adapter au décalage horaire et d'apprivoiser le bassin dans une atmosphère étouffante.

Préparation pour les Mondiaux

La première course, le 10, se conclut par une troisième place, non qualificative, derrière le champion du monde britannique Charles McKeown et son dauphin chinois Zhi Chen.

« J'avais du mal à retrouver mon geste, il s'agissait de ma première régate en skiff sur 2 000 m de l'année », avoue Quentin Antognelli.

Obligé de passer par les repêchages le lendemain, il s'impose avec fracas et obtient son ticket pour la finale sous une forte chaleur (36°C, 77 % d'humidité). Mais le rameur monégasque n'aura pas réussi à rééditer pareille performance, terminant finalement à la dernière place (7'18''76)

« Il faut retenir le positif. Quentin s'est rapproché de la barre des 7 minutes qui est importante pour un rameur en skiff alors qu'il a couru toute l'année en 8 avec son université. Il gagnera en régularité au fil des semaines », projette Daniel Fauché.

Son protégé complète : « C'est un petit échec qui renforce encore mon expérience pour les prochaines années et qui donne les axes de travail jusqu'aux championnats du monde à Plovdiv en septembre. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct