“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

De Cordoue à Pékin, 14 000 bornes de générosité

Mis à jour le 24/11/2016 à 05:11 Publié le 24/11/2016 à 05:11
Petite halte sur le parvis du musée Cocteau, avant de reprendre la route, direction la frontière italienne.

Petite halte sur le parvis du musée Cocteau, avant de reprendre la route, direction la frontière italienne. Michaël Alési

De Cordoue à Pékin, 14 000 bornes de générosité

Pour rénover une école au Congo, Manon et Jaime, un couple franco-espagnol, vont traverser 14 pays sur leur vélo. Ils faisaient escale, hier, à Menton sans savoir de quoi le lendemain sera fait...

Sur leurs vélos, Manon Godot et Jaime Garcia ont tout du couple baroudeur. Lui tchatche avec un accent espagnol charmeur. Elle, la Normande d'origine au sourire spontané, vous cause de voyages comme « une façon de vivre ». Leurs montures d'acier trimballent chacun trente kilos de bagages. À l'avant, une carte routière, outil indispensable pour s'orienter durant leur long voyage à travers quatorze pays (1).

Et c'est à Menton qu'ils ont fait escale, hier après-midi. Les traits tirés. Les jambes engourdies par 2 785 kilomètres d'asphalte avalés depuis le 18 septembre, au départ de Cordoue (Espagne). À peine 20 % de ce road-trip, motivé par un dessein humanitaire.

« Nous rallions Pékin en Chine ! Cela équivaut à peu près à 14 000 kilomètres, jauge à la loupe Manon, tout juste la trentaine et juriste en droit de l'homme. On le fait pour Los Amigos de Ouzal, une association espagnole qui travaille sur l'éducation au Cameroun, au Congo ou encore en Bolivie. »

C'est pour un petit village congolais, Bukavu au bord du lac Kivu, que les deux tourtereaux pédaleront jusqu'en décembre 2017.

« Avec cette association, on sait où l'argent va, jure Jaime, professeur d'EPS et de plongée. Là, c'est pour la rénovation de l'école du village, pour l'instant toute délabrée et plus du tout en état. »

Et à voir leur ton assuré, l'aventure n'a rien d'un casse-pipe même si le lendemain n'est jamais vraiment écrit à l'avance.

Il faut dire que ces deux-là en ont dans la besace. En Amérique Latine, le stop était monnaie courante pour sillonner le continent. En Asie, ils avaient opté pour la moto. « Notre budget, c'est 20 euros par jour pour nous deux, logement et nourriture compris… », confient-ils. Se limiter à l'essentiel, aux besoins vitaux, voilà leur ligne de conduite.

Et quand ils ne pratiquent pas le camping sauvage, les deux cyclistes peuvent toujours compter sur l'extrême générosité des autochtones qu'ils rencontrent à travers des routes, finalement pas si hostiles. Souvent une main tendue. Une porte ouverte. Une douche chaude, en guise de cadeau. « Un jour, un homme nous a dit : 'J'habite à Frontignan, à telle adresse. Les clés sont cachées ici, prenez-les' On est restés deux jours chez lui, se souvient Manon, infiniment reconnaissante. Ça redonne foi en le genre humain. »

Alors oui, ce périple est loin d'être une partie de plaisir. Il y a les impondérables. Les crevaisons, déjà deux depuis le début. Ou les caprices de Dame Nature. « Après Marseille, on a roulé deux jours sous la pluie. On était trempés ! »

Mais finalement, leur peur bleue ce n'est ni le froid polaire qu'ils risquent de subir au cœur des Balkans, ni l'instabilité géopolitique de certains pays. « Ce sont les blessures ! Un pépin pourrait nous faire abandonner ce voyage exceptionnel. »

Et ça, Manon et Jaime ne s'en remettront jamais. Le couple veut poser, coûte que coûte, le pied sur le sol chinois, quitte à prendre le temps nécessaire.

Il est d'ailleurs déjà l'heure de repartir de la cité des citrons.

À quelques kilomètres de là, c'est un nouveau pays qui s'offre à eux. Toujours avec cette inconnue du lendemain. « On ne sait pas encore où on va dormir ce soir », concèdent-ils, tout en s'éloignant sur le bord de mer.

Direction la frontière.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct