“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

De Carole Bouquet à François Morel

Mis à jour le 09/01/2016 à 05:10 Publié le 09/01/2016 à 05:10

De Carole Bouquet à François Morel

Grands noms du théâtre et figures du cinéma vont encore se succéder au TPG.

Grands noms du théâtre et figures du cinéma vont encore se succéder au TPG. Et si c'est déjà complet pour Un dîner d'adieu, avec Guillaume de Tonquédec et Lionel Abelanski par les auteurs du Prénom (le 30 janvier), et La colère du tigre avec Claude Brasseur (le 3 février), on annonce encore de belles choses pour les mois à venir…

À commencer par Carole Bouquet dans Dispersion - Ashes to ashes, d'Harold Pinter, prix Nobel de littérature (le 6 avril). On retrouve dans cette pièce la femme, le mari et l'amant, mais ce dernier n'est présent que dans la mémoire de la comédienne. Carole Bouquet est, ici, une femme hantée par le passé, l'Histoire, l'Allemagne nazie. Elle est accompagnée par Gérard Desarthe qui met également la pièce en scène.

Les 25 et 26 avril, c'est François Morel qui présentera son spectacle La fin du monde est pour dimanche. Seul, mis en scène par Benjamin Guillard, l'ancien comédien des Deschiens et actuel chroniqueur de France Inter regroupe ici des textes qu'il a écrits pour la radio. Entre poésie et absurde, il emporte le spectateur dans une réflexion sur le temps qui passe et la recherche du bonheur.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct