“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Davide Lewton-Brain, l’enfant du pays

Mis à jour le 06/02/2019 à 17:08 Publié le 06/02/2019 à 17:08
Davide Lewton-Brain réside actuellement à Annecy, où il s’entraîne tous les jours.

Davide Lewton-Brain réside actuellement à Annecy, où il s’entraîne tous les jours. DR

Davide Lewton-Brain, l’enfant du pays

Du haut de ses 20 ans, ce patineur monégasque entend bien trouver sa place dans le patinage artistique de haut niveau. Prochaine étape : les Championnats du monde seniors

Voilà plus d'une décennie qu'il flirte avec la glace. Davide Lewton-Brain enfile ses patins pour la première fois à 8 ans, au Club de Monaco. En intégrant la section « Haut niveau » à l’âge de 15 ans, son parcours est pour le moins atypique.

Son retard, Davide a su le combler grâce à sa détermination sans faille. Alors que son parcours sportif se limitait à des compétitions régionales, il gravit rapidement les échelons en représentant l’équipe monégasque aux Championnats du Monde juniors et très vite, se retrouve aux Championnats d’Europe seniors : « Maintenant, je suis en seniors. La sélection cette année se déroule en mars, alors ce sera compliqué, mais j’y serai l'année prochaine ! » assure-t-il.

Entre études et entraînements

Très attaché à la Principauté qui l'a vu grandir, il pose néanmoins ses valises à Annecy, pôle conséquent du patinage, à tout juste 15 ans, pour donner un élan à sa carrière : « Les conditions ne sont pas favorables à Monaco. Nous ne pouvons patiner que trois mois dans l'année, ce qui est trop peu pour avoir un vrai entraînement » assure-t-il. Annecy est une ville d'accueil où il se sent à l'aise, entouré de professionnels de haut niveau. C'est ainsi qu'il jongle entre sa scolarité et sa passion. Il obtient son bac et commence des études de management. Une scolarité ponctuée d'entraînements, à raison de trois fois par jour, 25 heures par semaine. Une double vie. Un rythme rude, dont le jeune homme ne se plaint pas : « C'est un peu dur mais on s'y fait ! Entre chaque entraînement, il faut trouver une heure ou deux pour travailler les cours, ce n'est pas le plus facile, mais je préfère continuer mes études à côté du sport, parce qu'on ne sait jamais ce qu'il peut se passer » explique encore Davide.

Une famille d’artistes

Et si ce jeune prodige a autant la tête sur les épaules, c’est aussi grâce à ses parents, qui ont longtemps fréquenté le milieu de la scène.

Anciens danseurs professionnels - respectivement, sa mère Paola Cantalopo, danseuse étoile au Ballet de Monte-Carlo et actuellement directrice de l’école de danse Rosella Hightower de Cannes et son père, soliste -, ses parents le familiarisent avec le monde du sport : « J’apprécie de faire un sport artistique comme mes parents le pratiquaient avant. Je ne me mets pas de pression car ils exerçaient une autre discipline et même s’il y a des similitudes, il y a aussi beaucoup de différences ».

Et le jeune homme compte bien en tirer sa force : « Ma mère s’inspire du patinage pour ses cours de danse et moi, de la danse pour le patinage ».

Une véritable équipe familiale. Et si ce jeune perfectionniste revient tout juste des Championnats d’Europe, où il a fini 24e/37, nul doute que la prochaine étape sera les Mondiaux, en 2020 en Estonie, avant peut-être, de poser un patin aux J.O.

Une chose est sûre, un bel avenir sportif lui tend les bras. Pour l’heure, rendez-vous le mois prochain en Italie et au Luxembourg.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct