“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Dante Monaco ranime le mythe Vittorio Gassman le temps d’un soir

Mis à jour le 15/02/2020 à 11:01 Publié le 15/02/2020 à 11:01
Fabrizio Corallo (à g.) et la famille Gassman. Vittorio Gassman (à d.).

Fabrizio Corallo (à g.) et la famille Gassman. Vittorio Gassman (à d.). Andrea Cabiale et archives NM

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Dante Monaco ranime le mythe Vittorio Gassman le temps d’un soir

Dans un théâtre bondé, beaucoup de rires et d’émotion ont accompagné la projection très applaudie du film documentaire Je suis Gassman !

Dans un théâtre bondé, beaucoup de rires et d’émotion ont accompagné la projection très applaudie du film documentaire Je suis Gassman ! Vittorio roi de la comédie, présenté en italien sous-titré en anglais au Théâtre des Variétés par la Dante Monaco, en présence de l’ambassadeur Cristiano Gallo, du conseiller de gouvernement-ministre de l’Intérieur, Patrice Cellario, et de la conseillère nationale Karen Aliprendi-De Carvalho.

Un hommage sincère et dévoué à un acteur qui, décédé en juin 2000, a laissé une marque indélébile dans le cinéma et le théâtre italien, allant du drame à la comédie, de Shakespeare à Brancaleone, en passant par des films comme Riso Amaro à La Famiglia.

Happé de la scène au grand écran

Écrit et dirigé par le journaliste et réalisateur Fabrizio Corallo, le documentaire raconte la naissance de la carrière artistique de Gassman, comme le choix imposé par sa mère de s’inscrire à l’Académie d’art dramatique pensant que le jeu d’acteur le guérirait de sa timidité.

Mais le film documentaire a également le grand mérite d’éviter de filmer une simple biographie, pour suivre pas à pas sa carrière en se concentrant surtout sur le passage crucial à partir de 1958, année durant laquelle, grâce à I soliti ignoti, Monicelli est le premier réalisateur qui, du théâtre classique, parvient à l’entraîner dans la comédie, découvrant ainsi comment sous l’apparente arrogance, Gassman en tant qu’homme cachait de l’insécurité et de la fragilité.

Commence alors son heureux parcours dans le courant du genre “comédie à l’italienne” des années 60, en mettant en valeur la brillante vocation dans laquelle explose son extraordinaire capacité à caractériser les personnages. Suivront I soliti ignoti de Monicelli, L’Audace colpo dei soliti ignoti” de Loy, La grande guerra, L’Armata Brancaleone toujours avec Monicelli, Il Sorpasso et I Mostri de Dino Risi.

Le témoignage de Jean-Louis Trintignant

Les extraits de films dans le documentaire alternent avec des contributions de collègues et amis tels que Stefania Sandrelli, Gigi Proietti, Jean-Louis Trintignant, Giancarlo Giannini et beaucoup d’autres ; des interviews qui suscitent l’admiration, à la mémoire de celui qui, reconnu comme le ‘Mattatore’par excellence, ont tous pour dénominateur commun de souligner particulièrement le caractère unique d’un personnage aussi exhaustif que le sien, capable d’aller du théâtre au cinéma, de la télévision à l’écriture et même au doublage.

Le documentaire a surtout le mérite, grâce à l’amitié personnelle du réalisateur Corallo avec Gassman, qui est devenue au fil du temps de la confiance, d’avoir pu bénéficier de matériel inédit concernant la famille élargie de l’acteur. Une famille envers laquelle, en raison d’un travail et d’une vie qui l’ont souvent amené à faire le tour du monde, il a d’abord été un père plutôt distrait, mais à laquelle il a toujours été très attaché.

« Il voulait rendre les autres heureux »

« Un père formidable, un homme affable qui voulait rendre les autres heureux, que tout le monde aimait », comme l’affirment dans le documentaire à plusieurs reprises les quatre enfants : Paola, Vittoria, Alessandro et Jacopo que Gassman a eu de partenaires différentes, considérant également comme son enfant à tous égards Emanuele Salce, le fils de sa dernière épouse Diletta D’Andrea.

Un documentaire délicat et profond qui a su raconter l’histoire de Gassman sous toutes ses facettes, décrivant tant l’acteur que l’homme, avec une douceur particulière sublimant ainsi son style humain et professionnel.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.