“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Dans les pas des petites mains du Country Club

Mis à jour le 14/04/2018 à 05:12 Publié le 14/04/2018 à 05:12
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Dans les pas des petites mains du Country Club

Le tournoi sur terre battue débute aujourd'hui au Monte-Carlo Country Club et se poursuit jusqu'au 22 avril. Avant la grande affluence, les organisateurs peaufinent les ultimes détails

Un ciel laiteux d'où s'échappe une éclaircie salutaire. Vi ion miraculeuse pour Philippe Rialland, directeur adjoint du Rolex Monte-Carlo Masters dont les qualifications débutent ce matin.

« Avec le mauvais temps, on a pris du retard sur l'installation », confirme-t-il, téléphone toujours à portée de main. Sur la poignée d'hectares du Monte-Carlo Country Club, ça court dans tous les sens. Une vraie fourmilière qui peaufine les ultimes détails avant d'accueillir à bras ouverts les aficionados de la balle jaune.

Sur les courts vides, la terre battue est nivelée avec des spatules. Pas loin, sur l'esplanade du village commercial, des mannequins factices attendent que la nuée de cartons soit déballée pour porter les vêtements des équipementiers. Par terre, quelques raquettes et t-shirts égarés qui n'attendent que d'être écoulés.

Sur la même place, des jardiniers multiplient les allers-retours, plantes à la main, pour donner une ultime touche esthétique aux lieux. « On a l'équivalent d'un semi-remorque », souffle l'un d'entre-eux.

Portiques de sécurité et scans à bagages

À quelques mètres, changement radical de standing avec l'espace VIP où il faut montrer patte blanche. C'est là que les partenaires du tournoi reçoivent leurs invités en toute discrétion. Té és, minibars et même un service de traiteur à disposition. « On est une équipe de 120 au plus fort de la manifestation. Pour le jour de la finale, on a plus de 1 000 couverts. Et le menu gastronomique est signé Eric Finon, meilleur ouvrier de France en 2011 », détaille Sylvain Massot, responsable des événements sportifs pour Lenôtre Monaco.

En descendant les escaliers, un briefing d'agents de sécurité est en cours. « Les gens seront fouillés et, pour la première fois, il y aura des portiques de sécurité, des scans à bagages et bien sûr des blocs pour stopper les véhicules, annonce Philippe Rialland. Je conseille aux spectateurs de venir le moins chargé possible pour accélérer la fouille. »

Loin de ces subtilités culinaires et sécuritaires, loin de ce raout de dernière minute, Lucas Pouille taquine la balle avec Viktor Troicki sur la terre battue du central Rainier-III, encore orphelin de ses 10 300 spectateurs. « Juste avant, il y avait Djoko et Grigor Dimitrov à l'entraînement », souffle un spectateur avant l'heure. Pas loin, Alexander Zverev appose sa griffe sur le carnet de dédicaces d'un jeune fan aux anges.

En 1981, une finale jamais terminée

Lequel d'entre eux, au terme d'une semaine de compétition, prendra place dans la galerie des vainqueurs ? Ce long couloir par lequel passent les rares privilégiés des loges. Au mur, 78 plaques en marbre où figurent les champions de chaque édition depuis… 1897, année de création du tournoi.

« Jusqu'en 1906, les frères Doherty ont trusté le haut du podium. Et, fait insolite, sur la plaque de 1981 figurent deux vainqueurs : Guillermo Vilas et Jimmy Connors. C'est la seule finale qui ne s'est pas terminée à cause du temps. »

Autre lieu, cette fois-ci interdit au grand public : le vestiaire des joueurs. Impossible d'y pénétrer même pour le bien du reportage.

« On veille à protéger leur intimité, à ce qu'ils se préparent dans les meilleures conditions. » Début des hostilités ce matin.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.