Rubriques




Se connecter à

Dans le département, certaines villes durcissent le ton

Avec 11 millions de touristes en 2016, la Côte d'Azur représente pour Airbnb un site plus que fructueux.

Publié le 24/08/2017 à 05:31, mis à jour le 24/08/2017 à 05:31
Nice a récemment voté la procédure d'enregistrement en mairie des loueurs d'Airbnb.                    (DR)
Nice a récemment voté la procédure d'enregistrement en mairie des loueurs d'Airbnb. (DR)

Avec 11 millions de touristes en 2016, la Côte d'Azur représente pour Airbnb un site plus que fructueux. Il s'agit d'ailleurs de l'un des marchés français les plus importants pour l'entreprise américaine. À cet égard, 650 000 voyageurs ont transité ou séjourné sur la Côte d'Azur en passant par ce site de location en ligne. Face à cet engouement, certaines villes du sud s'organisent. Et viennent d'adopter, cet été, en conseil municipal, des mesures permettant d'encadrer la location de meublés touristiques de type Airbnb dans leur commune. Le but? Assurer une meilleure traçabilité des loueurs. Tour d'horizon.

A Nice: La capitale azuréenne - 3e ville française la plus prisée sur Airbnb - a été la première commune de l'hexagone à faire application du décret du 28 avril 2017 (lire ci-contre), permettant aux villes d'imposer aux loueurs de se déclarer en mairie. Par un vote en conseil municipal du 23 juin 2017, à la majorité absolue, Nice a ainsi adopté l'enregistrement obligatoire de toute personne louant une résidence principale ou secondaire via des sites type Airbnb. Un moyen jugé nécessaire pour contrôler le paiement de la taxe de séjour, collectée automatiquement par la plateforme de location en ligne depuis le 1er août 2016, et reversée à la ville par cette même entreprise.

 

A Cannes: La municipalité cannoise avait, elle, déjà un train d'avance sur l'encadrement des locations de meublés touristiques. En effet, lors du conseil municipal du 17 juillet, la commune n'a fait que mettre en conformité avec le décret du 28 avril 2017 les mesures d'enregistrement qu'elle avait déjà établies depuis décembre 2016. Les modalités de déclaration que doivent respecter les loueurs via le site de la mairie ont ainsi été actualisées. En juillet, 715 d'entre eux étaient déjà recensés sur le site de la mairie. Comme pour sa voisine niçoise, l'objectif de la commune est de «connaître plus finement l'activité de location, percevoir la taxe de séjour correspondante et lutter contre les pratiques déloyales à l'égard de l'hôtellerie». Ici aussi, la taxe de séjour est directement prélevée par le site Airbnb et reversée à la ville.

Pour information: les communes de Grasse et d'Antibes bénéficient également de la collecte automatique de la taxe de séjour par Airbnb.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.