“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Daghe Munegu … et beaucoup plus si affinité

Mis à jour le 13/05/2017 à 05:04 Publié le 13/05/2017 à 05:04
L'espace Léo-Ferré aménagé en salle d'examen pour accueillir près de 140 participants.

L'espace Léo-Ferré aménagé en salle d'examen pour accueillir près de 140 participants. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Daghe Munegu … et beaucoup plus si affinité

Entre brevet et baccalauréat, le concours de langue monégasque est un moment important pour les 1 400 élèves concernés en Principauté. Ils ont planché mercredi à l'Espace Léo-Ferré

Il n'y a pas que le slogan destiné à encourager les Rouge et Blanc dans la langue locale. Mercredi, près de 1 400 élèves ont participé au concours de langue monégasque. Tandis que les plus jeunes (6e et 5e) concourent dans leurs établissements respectifs, leurs aînés du lycée et de 3e ont planché à l'Espace Léo-Ferré.

À 10 h, horaire où les candidats pouvaient sortir, on pouvait entendre les premières impressions. « T'as vu comme le texte était facile ? Sûr d'avoir répondu juste », se vante un élève. Et son amie de lui rétorquer : « Ouais enfin moi, je ne savais pas quoi dire à l'expression… »

Sans être un enjeu crucial, ce concours, organisé depuis 1981 en Principauté, représente une note insérée dans le trimestre des étudiants. « C'est avant tout pour nous permettre de jauger le niveau global des établissements de la Principauté », éclaire Karyn Salopek-Ardisson, coordinatrice de la langue monégasque à la mairie de Monaco.

Des points pour le bac

Facultatif à partir de la 4e, le monégasque est enseigné obligatoirement dès la primaire. Libre aux collégiens de faire le choix de poursuivre ou non jusqu'à l'épreuve du baccalauréat.

« Il faut dire que c'est coefficient deux, tous les points au-dessus de 10 sont doublés pour la note finale », se réjouit Ludovica élève de 3e, scolarisée au collège Charles-III. À côté d'elle, Théa a justement passé son oral de monégasque pour le bac la veille. Un hasard du calendrier qui tombe à pic pour la jeune fille, habituée du concours. « Je fais du monégasque depuis la 6e. Même si le niveau évolue forcément selon les classes, le format reste le même. Je n'ai pas du tout d'anxiété avant de rentrer dans la salle. »

Au programme de cette édition pour l'épreuve des 3e, un texte portant sur les traditions pascales à Monaco ainsi que des questions sur l'histoire de la Principauté.

Début juin, ils seront 90 à s'être hissés en haut du classement. Ils passeront alors l'oral devant un jury qui les récompensera selon leur prestation. La remise des prix est prévue le 22 juin en présence des hautes autorités monégasques.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.