“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Coupure de courant: ces sites stratégiques capables de fonctionner en autarcie

Mis à jour le 20/01/2016 à 05:14 Publié le 20/01/2016 à 13:52
L'aéroport Nice - Côte d'Azur dispose de deux sources d'approvisionnement électrique différentes capables d'alimenter l'équivalent de 44 000 foyers.

L'aéroport Nice - Côte d'Azur dispose de deux sources d'approvisionnement électrique différentes capables d'alimenter l'équivalent de 44 000 foyers. Franz Chavaroche

Coupure de courant: ces sites stratégiques capables de fonctionner en autarcie

Passer une soirée à la bougie quand dehors il fait un froid de loup, ce n'est sans doute pas très agréable. Les conséquences d'une coupure de courant dans un bloc opératoire ou dans un service de réanimation seraient bien plus dramatiques.

« C'est pourquoi nous figurons sur la liste prioritaire établie par la préfecture qui définie les sites sensibles, confie Pierre Wauthy, ingénieur en chef au CHU de Nice. Avant d'en arriver au black-out, EDF procède généralement à des délestages pour alléger le réseau. Et les sites prioritaires ne sont évidemment coupés qu'en dernier ressort. »

Soit. Mais, si cela arrive ? « Sur chaque établissement hospitalier nous avons des dispositifs de secours qui peuvent prendre le relais. Nos groupes électrogènes nous garantissent au minimum 72 heures d'autonomie. C'est le minimum légal, mais dans les faits nous pouvons tenir plus longtemps encore. Et puis il suffit de refaire le plein en fuel. Ces équipements sont testés tous les 15 jours pour s'assurer qu'ils sont parfaitement opérationnels. En fait, nous pouvons fonctionner en complète autarcie. »

C'est également le cas de l'aéroport Nice - Côte d'Azur. Non seulement la plateforme dispose de deux sources d'approvisionnement électrique différentes, « mais, si elles venaient à être coupées toutes les deux, nos quatre groupes électrogènes prendraient le relais, explique Frédéric Gozlan, le directeur technique. Ils sont capables d'alimenter l'équivalent de 44 000 foyers et de fournir 100 % des besoins de l'aéroport. Il faut une à deux minutes pour remettre en tension la totalité de l'exploitation. »

Cela pourrait paraître bien long pour le pilote d'un avion en phase d'approche. C'est pourquoi des onduleurs, sortes de batteries, garantissent que l'éclairage des pistes ne s'éteindra jamais. La réglementation prévoit qu'un groupe électrogène puisse prendre le relais dans un délai maximum de 15 secondes même si les onduleurs peuvent tenir plus d'une demi-heure. Sur la plateforme azuréenne ce délai a même été ramené à 9 secondes.

Preuve de son efficacité, ce système de secours est parfois activé sans que les millions de passagers en transit ne s'en rendent compte.

« EDF nous demande parfois de passer en autonome lorsqu'ils anticipent un gros pic de consommation, poursuit Frédéric Gozlan. Ça arrive de temps en temps l'été, quand il fait très chaud, et que les clims tournent à plein régime. Pour éviter une coupure sur Nice, ils nous débranchent. »

À Toulon, le port militaire est évidemment tout aussi stratégique. « Pas seulement pour la France, mais pour l'OTAN et pour tous nos alliers, souligne le commandant Yann Bizien. Nous sommes le plus gros port de toute l'Union européenne donnant sur la façade méditerranéenne. Toulon abrite les deux tiers de la flotte et huit chaufferies nucléaires. »

Évidemment il est hors de question de tomber en panne de courant. Pour alimenter les quelque 180 km de réseaux électriques « tous les systèmes sont redondants, doublés avec des onduleurs et des groupes électrogènes » là encore. « C'est également le cas des 19 sémaphores entre Menton et Port-Vendres [Pyrénées-Orientale]. Évidemment cela a un coût. Mais c'est le prix à payer pour répondre aux exigences de continuité opérationnelle qui permettent d'assurer la sécurité de nos concitoyens. » é. g.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct