Rubriques




Se connecter à

Coupe de France : fin de parcours pour le Rapid Claire aux commandes de l'épicerie du village

Les Mentonnais ont été bousculés lors de leur rencontre comptant pour le troisième tour de Coupe de France.

L. B.Julien Avinent Publié le 19/09/2018 à 05:16, mis à jour le 19/09/2018 à 05:16
Samedi dernier, à l'occasion de l'inauguration, la nouvelle gérante de «l'Épicerie du Mercantour» Claire Médard était entourée de son mari Mathieu, du maire Guy Bonvallet, de la famille Belmon et des ses partenaires financiers Crédit Agricole et Initiative Menton Riviera, représentés par Thierry Guido et Mathieu Polidori.
Samedi dernier, à l'occasion de l'inauguration, la nouvelle gérante de «l'Épicerie du Mercantour» Claire Médard était entourée de son mari Mathieu, du maire Guy Bonvallet, de la famille Belmon et des ses partenaires financiers Crédit Agricole et Initiative Menton Riviera, représentés par Thierry Guido et Mathieu Polidori. J.A

Les Mentonnais ont été bousculés lors de leur rencontre comptant pour le troisième tour de Coupe de France. Une élimination (2-1) contre une formation inférieure, Le Rousset, qui évolue en Régional 2. « C'est une défaite logique contre une équipe qui nous a été largement supérieure sur l'aspect collectif et individuel », reconnaissait Hervé Berni, le coach du Rapid de Menton.

Jaziri est le buteur mentonnais du jour. « Le score aurait pu être beaucoup plus lourd sans l'énorme prestation de notre gardien, Maxime Montay. Il ne fallait pas tomber dans le piège de se voir trop beau avec la victoire contre Ardziv. Il ne faut pas non plus être fataliste après cette défaite. Notre réalité se trouvera dans nos semaines d'entraînement pour progresser».

L'Épicerie du Mercantour est l'une de ces toutes dernières enseignes du village qui se comptent aujourd'hui sur le doigt d'une seule main. Un lieu où il fait bon, là aussi, de s'y retrouver entre Moulinois le temps d'une conversation sur le pas de la porte, d'échanger un verre avec des touristes sur la terrasse ou de faire de petites emplettes dans la boutique achalandée.

 

Cet été, l'épicerie a été reprise par une nouvelle gérante. La Moulinoise Claire Médard, ancienne éducatrice spécialisée, avait déjà été titillée par cette idée lorsque, le 31 décembre 2012, la famille fondatrice de l'enseigne choisissait de laisser les rênes en vendant murs et fonds de commerce à la municipalité.

Ancien relais de diligence fondé par Adolphe Belmon à la fin du XIXe siècle, l'épicerie était alors encore tenue par l'arrière petit-fils René et son épouse Cathie. Durant quatre ans et demi, Magali Martin a été ensuite gérante de la boutique qui compte pour la mairie. En effet, cette dernière assure une subvention modulable selon le chiffre d'affaires pour que l'enseigne ne disparaisse pas.

Depuis sa reprise du 1er juillet, Claire se dit toujours ravie et poursuit le redynamisme de l'épicerie : retour d'un service pizzas, paninis et petite restauration ; choix de produits destinés aux randonneurs à pied ou en vélo (1) et équipements d'accueil ; multiplication du choix, préférence pour les producteurs locaux et adaptation de l'offre aux demandes des seniors du village ; dépannage gaz-tabac ; retrait de liquidités «point vert crédit agricole»... Pour concrétiser le projet, Claire a bénéficié d'un prêt d'honneur d'Initiative Menton Riviera, à ses côtés comme la Banque Crédit Agricole qui a apporté appui et conseils.

Mais c'est aussi, et en premier, le soutien de sa propre famille qui enchante Claire. À long terme, son mari Mathieu pourrait d'ailleurs, si nécessité, quitter son travail et rejoindre l'aventure.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.