“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Coppél-i.A. se prépare pour sa première

Mis à jour le 26/12/2019 à 10:26 Publié le 26/12/2019 à 10:26
Dans le décor de Coppél.i.A, les danseurs prennent possession des lieux depuis le 16 décembre.
(PhotosSébastien Botella)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Coppél-i.A. se prépare pour sa première

La compagnie des Ballets de Monte-Carlo a investi le Grimaldi Forum depuis dix jours pour préparer cette nouvelle création dont la première sera donnée demain soir

Absente l’an dernier du calendrier des fêtes de la Principauté, la compagnie des Ballets de Monte-Carlo est bien présente cette année. Tout entière et hyperactive.

Pas de trêve de Noël, ni pour les danseurs, ni pour l’équipe qui s’active à préparer la création de la nouvelle pièce de leur chorégraphe-directeur Jean-Christophe Maillot, Coppél-i.A.

Une réécriture contemporaine de l’histoire de Coppélia, ballet classique où un jeune homme sur le point de se marier, tombe amoureux d’une créature à l’apparence féminine construite par un savant fou.

Un triangle - ou plutôt quatuor - amoureux entre Swanilda, Frantz, Coppélius et Coppélia que les danseurs de la troupe monégasque travaillent depuis des semaines au sein de leur atelier.

En résidence au Grimaldi Forum

Et depuis plusieurs jours au Grimaldi Forum où le décor a été livré sur la scène de la salle des Princes le 16 décembre dernier. Un luxe pour les artistes de pouvoir répéter ce spectacle, en condition réelle, deux semaines durant avant la première, prévue demain, vendredi 27 décembre.

Comme toujours pour une création, l’activité s’accélère les derniers jours et il n’y a pas de relâche pendant cette dernière salve de répétitions.

La compagnie s’entraîne, répète, travaille et vit dans les coulisses du Grimaldi Forum. Derrière la scène, la jonction entre le plateau et les loges se fait via la machine à café, comme dans un bureau, où devant une boisson chaude ou un sandwich, les danseurs, à la pause, observent les répétitions filmées pour voir le rendu de leur travail, comme le verront les spectateurs.

La ruche ne s’arrête jamais de 9 heures à 23 heures. Et à la différence d’autres arts vivants, où les artistes ne donnent pas tout lors des répétitions, les corps des danseurs sont à 100 % dès qu’ils quittent les chaussons moelleux qu’ils portent tous ou presque en coulisses, pour se glisser dans les pointes sur les planches de la salle.

Il faut dire qu’assis dans la salle, Jean-Christophe Maillot a un œil sur tout. Sa voix ponctue les séquences de travail. Distillant les dernières indications pour traduire sa vision de cette pièce en deux actes. Un travail d’orfèvre jusqu’à la dernière minute… et le lever de rideau vendredi soir.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.