“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Conséquence des ventes à emporter et du "click and collect", les poubelles débordent à Menton

Mis à jour le 29/04/2021 à 12:17 Publié le 29/04/2021 à 12:15
À certaines heures, les poubelles du bord de mer débordent de déchets issus du click and collect. La Ville a dû adapter ses collectes.

À certaines heures, les poubelles du bord de mer débordent de déchets issus du click and collect. La Ville a dû adapter ses collectes. (Photo Cyril Dodergny)

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Conséquence des ventes à emporter et du "click and collect", les poubelles débordent à Menton

A Menton, les passants ont constaté certains jours une recrudescence de déchets que les traditionnelles "corbeilles" du bord de mer n’absorbent plus. Le revers du "click and collect".

Des poubelles qui débordent de sacs et d’emballages de repas. C’est le revers de l’explosion des formules à emporter engendrées par la fermeture des restaurants dictée par les mesures sanitaires. Sur le bord de mer mentonnais, le constat est, certains jours flagrant. Les poubelles habituelles, d’appoint, disséminées le long du bord de mer, se révèlent complètement inadaptées à cet afflux inhabituel de déchets.

"En volume, c’est vraiment insuffisant" constate Hakim Maziane, Mentonnais qui prend plaisir à se balader régulièrement sur la promenade du Soleil. "Et puis même lorsqu’elles ne sont pas pleines, leur ouverture réduite fait que les gens ne peuvent pas y glisser leurs sacs de déchets, volumineux à cause des gobelets, des emballages… Parfois, un de ces sacs bloque l’ouverture, et personne ne le pousse pour qu’il tombe dans la poubelle. Bref, les gens finissent par tout laisser autour de ces poubelles, dessus…" Ce qui finit par produire des amoncellements de sacs papiers et autres restes de repas. "Que les goélands se font un plaisir d’aller étaler un peu partout, car ils essaient d’en retirer ce qu’il reste à manger", remarque Hakim Maziane.

Même vidées les poubelles du bord de mer se remplissent en à peine 45 minutes, à certaines heures. (Photo DR)
Même vidées les poubelles du bord de mer se remplissent en à peine 45 minutes, à certaines heures. (Photo DR) Photo DR

Corbeilles qui débordent

D’où viennent tous ces sacs et ces contenants? De tous les restaurants qui font du "à emporter" aux alentours, dont ceux installés dans les chalets du village des restaurateurs, sur le mail du Bastion. Mais beaucoup s’accordent à dire qu’une majorité de ces emballages provient de l’établissement Mac Donald’s qui se situe à proximité, place Georges-Clémenceau. "C’est normal, ils ont un tel afflux par rapport aux autres établissements" explique Hakim Maziane. Jean-Pierre, retraité, y va de son commentaire: "C’est humain: tout le monde prend son sac et file manger sur le bord de mer. Parce que c’est agréable et qu’on peut s’y poser…"

Du côté du village des restaurateurs, il y a pourtant de grands containers. Mais ils sont parfois quasiment vides, alors que les "corbeilles" de rue débordent. Jean-Pierre estime que c’est parce que les gens vont au plus près. "Si une de ces corbeilles se trouve sur leur chemin, ils n’iront pas jusqu’aux containers. Même si la corbeille est pleine!" Hakim est aussi de cet avis: "C’est une question d’éducation. Il y a des gens qui ne sont pas capables de faire 10mètres pour aller déposer leurs déchets dans une poubelle qui n’est pas pleine. Et j’ai même vu des personnes laisser tout sur place, ou balancer ça n’importe où". Un incivisme qui a lieu y compris en temps normal. Mais la multiplication des emballages avec le développement du "click and collect" a rendu la situation critique.

Alors que les "corbeilles" du bord de mer débordent, les containers situés sur le mail du Bastion sont parfois presque vides, comme le constate Hakim Maziane.
Alors que les "corbeilles" du bord de mer débordent, les containers situés sur le mail du Bastion sont parfois presque vides, comme le constate Hakim Maziane. Photo DR
Les poubelles semi-automatisées capables d’absorber trois fois plus de déchets grâce à un système de presse intégrée, déjà installées sur la piétonne et l’esplanade des Sablettes, débarqueront bientôt du côté du Bastion.
Les poubelles semi-automatisées capables d’absorber trois fois plus de déchets grâce à un système de presse intégrée, déjà installées sur la piétonne et l’esplanade des Sablettes, débarqueront bientôt du côté du Bastion. Cyril Dodergny / Nice Matin

"Cela ne va plus..."

"Je n’ai jamais vu Menton comme ça, Moi, je suis arrivé ici un peu par hasard. J’avais trouvé du travail à Monaco, je ne trouvais pas de logement. On m’a conseillé d’aller à Menton. Et puis je suis tombé amoureux de la Ville… C’est magnifique, c’est propre… mais là, en plein bord de mer, ça ne va plus… Ce n’est plus la ville que l’on connaît…"

Alors il propose. "Pourquoi ne pas mettre ces poubelles intelligentes, déjà installées aux Sablettes et dans la piétonne, qui compactent les déchets quand il le faut? Ce serait d’ailleurs le bon compromis entre les containers poubelles moches installés près du village des restaurateurs et les corbeilles qui sont rapidement pleines…" Et de suggérer: "Pourquoi ne pas faire contribuer les établissements les plus polluants par un partenariat? Pourquoi Mac Donald ne financerait pas des poubelles intelligentes, au moins en partie, quitte à ce que leur logo apparaisse dessus?" Des idées que la municipalité n’a pas jetées à la poubelle, puisque certaines sont soit en cours de réflexion soit… déjà effectives.

En 2018 aux Sablettes, puis en décembre dernier dans la rue piétonne, la Ville a installé des poubelles intelligentes. Des poubelles qui peuvent absorber 300 litres de déchets, contre environ une centaine pour des poubelles classiques. Comment? Parce qu’elles sont capables de compacter les déchets. Par ailleurs, quand elles sont pleines, elles émettent un message qui arrive sur les téléphones des agents du service du nettoiement. Ce qui évite aux équipes de passer chaque jour au même endroit pour les vérifier, et permet d’optimiser les collectes en déployant les agents ailleurs dans la ville. Elles fonctionnent à l’énergie solaire et ont un cendrier incorporé pour recueillir les mégots. Ce cendrier hermétique peut même recevoir les mégots encore allumés! Car privés d’oxygène, ils s’éteignent aussitôt. Bref, la poubelle idéale. Qui pourrait régler le problème du bord de mer? La Ville y songe: "Il est prévu d’étendre le parc sur d’autres zones, notamment sur le secteur du Bastion", indique la municipalité. Un déploiement au fur et à mesure, car coûteux. Ce type de poubelle coûte… autour de 5.000 euros! Mais le jeu semble en valoir la chandelle… La Ville réfléchit-elle à engager une discussion avec Mac Donald’s afin que la société prenne en charge une partie de leur financement? "L’achat des bornes de propreté en partenariat avec des entreprises comme McDonald’s n’est pas envisagé" informe la Ville.

En début d’année, une convention signée entre la Ville de Nice et la franchise niçoise de Mac Donald’s, qui engage les salariés à collecter les détritus que génère, involontairement, chacun des sept Mc Do de Nice dans un rayon de 200m, faisait grand bruit. Pourtant, ce dispositif existe déjà à Menton depuis des années.

"Nous essayons systématiquement de maintenir trois tournées par jour, informe Mathieu Boy, directeur du Mac Donald’s du bord de mer. Et quand on voit qu’on a une période d’affluence plus forte que d’habitude on s’arrange pour organiser un tour d’enlèvement quand on estime que c’est nécessaire". Un ou plusieurs membres du personnel sortent alors et récupèrent tous les déchets issus du restaurant McDonald’s sur un parcours affiché dans l’établissement, qui inclut les Sablettes jusqu’au bout, la rue piétonne, la place de la mairie, la place aux fontaines, le bastion et un petit bout du bord de mer jusqu’à la rue qui remonte vers la mairie. Grâce à un support qui permet de transporter deux grands sacs, les employés du Mac Donald’s y glissent tous les sacs en papiers, boîtes à burgers, gobelets etc... qu’ils trouvent sur leur chemin. "Soit ils reviennent les jeter dans notre établissement soit, si c’est trop plein, ils ont le droit de tout jeter dans les containers situés du côté de la place du marché pour continuer leur tournée". Mathieu Boy admet que malgré ces tournées, selon les jours, la situation est choquante: "J’ai moi-même effectué certaines tournées pour me rendre compte c’est vrai que parfois c’est édifiant et il n’y a pratiquement que nos déchets. Le problème c’est que les poubelles du bord de mer sont très petites. Du coup on a même pris le parti de nous substituer parfois à la Ville en ouvrant les poubelles et en changeant carrément le sac de ces corbeilles. Malgré tout on a constaté qu’elles pouvaient être à nouveau remplies à ras bord en 45 minutes!" Que faire alors? "Il faudrait ces containers intelligents déjà installés ailleurs. Que la Ville puisse parfois organiser une tournée de ces corbeilles vers 13h30, peut-être… Ces tournées que nous effectuons sont à prendre en compte dans notre organisation mais nous nous sommes engagés à les faire, pour l’image de la ville, pour la nôtre, et bien sûr pour le bien-être des Mentonnais."

Pour faire face au phénomène, la Ville indique que le site du Bastion est "nettoyé au quotidien par les agents de la ville et les corbeilles urbaines sont vidées chaque jour de la semaine, week-end compris". Avec une adaptation à la période: "Avec le confinement et les nouveaux modes de consommation nomade (vente à emporter), la Ville a renforcé le passage de ses équipes" . Et d’informer, concernant le lancement des Restos sur le pouce le 25 janvier dernier: "La Communauté de la Riviera française a, depuis mis à disposition des restaurateurs des bacs à roulettes pour leurs déchets: 4 bacs de 660 litres pour les ordures, collectés chaque matin 7j/7, 3 bacs de 660 litres pour le tri (emballages et papiers), collectés deux fois par semaine (le mardi et le jeudi soir), 1 bac à verre, collecté chaque vendredi matin, 1 colonne de 800 litres pour le verre, collectée les lundi et jeudi matin".

Prévention, répression

Par ailleurs, les conseillers en collecte sélective du service Élimination et valorisation des déchets de la Communauté de la Riviera française sensibilisent ou rappellent chaque jour les consignes de tri et les modalités de présentation des déchets aux habitants, mais également aux syndics, commerçants et autres professionnels: horaires de présentation des bacs, modalités d’évacuation des encombrants, interdiction de déposer des sacs au sol, tri de tous les emballages et les papiers… "Si malgré ces informations, les modalités ne sont pas respectées, c’est au tour de la Brigade de l’Environnement d’intervenir. Dans certains cas, elle peut être amenée à verbaliser les contrevenants si les consignes ne sont pas respectées", rappelle la Ville.

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.