“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Complètement barj's !

Mis à jour le 02/07/2018 à 05:10 Publié le 02/07/2018 à 05:10
Une ambiance tahitienne a accompagné les rameurs pour leur arrivée sur le quai de la Société nautique hier midi après 190 km à la rame depuis la Corse.

Une ambiance tahitienne a accompagné les rameurs pour leur arrivée sur le quai de la Société nautique hier midi après 190 km à la rame depuis la Corse. Jean-François Ottonello

Complètement barj's !

Partis de Saint-Florent en Corse vendredi soir, les deux équipes ont ramé jour et nuit à bord de leur barque traditionnelle pour arriver hier midi dans la baie de Monaco

Un an de préparation, 190 km sur l'eau à avaler en 36 heures, à la rame. Une « galère » herculéenne accomplie par les rameurs engagés dans le défi des Barj's 2018. Le jeu de mots entre l'embarcation et l'insouciance qu'il faut pour se lancer dans ce projet n'est pas volé.

Ils ont été une vingtaine, femmes et hommes, à partir vendredi à la nuit tombée de Saint-Florent en Corse pour rejoindre Monaco à la seule force de leurs bras, à la rame, à bord de deux barques traditionnelles. Mission accomplie hier midi, à l'arrivée de la troisième édition de cette compétition singulière.

« Le plus dur des trois défis ; physiquement, c'était très éprouvant », souffle Eric Farineau, fondateur et organisateur du Défi des Barj's Race, en descendant de son bateau pour une arrivée en fanfare sur le quai de la Société nautique.

L'esprit d'équipe

Ce rameur averti a pensé cette course caritative qui, tous les deux ans, se renouvelle. En 2016, c'était Rome-Monaco en cinq jours avec une seule barque.

Cette année, il avait choisi de faire du défi une compétition avec deux barques. « J'avais réduit le nombre de rameurs, sur chaque bateau neuf personnes : sept rameurs et un barreur constamment, et une personne qui prend son repos. Chaque participant rame 4 h 30, se repose une heure et demie et reprend du service, non-stop », continue Eric Farineau qui loue « l'esprit d'équipe » de cette aventure : « Certains étaient fatigués, on n'a rien lâché en se relayant. »

Pour les deux équipes, un voilier jouait les voitures balai pour apporter la logistique nécessaire.

La portée caritative, elle, n'a pas changé. Les fonds récoltés iront soutenir les associations Les Enfants de Frankie et Le Rocher du Cœur. Cette dernière propose des activités aux enfants hospitalisés de l'hôpital L'Archet à Nice. L'argent récolté lors de ce défi, via des sponsors, permettra notamment de financer pour les enfants des voyages en Écosse, Laponie, et plusieurs activités ludiques.

Prochaine édition du défi des Barj's en 2020, avec, à la réflexion pour l'heure, une course envisagée avec plusieurs barques en Principauté. Il va falloir trouver des rameurs volontaires !

Quelques secondes d'avance pour la barque bleue hier face à la rouge pour l'arrivée.
Quelques secondes d'avance pour la barque bleue hier face à la rouge pour l'arrivée. C.V.

La suite du direct