Rubriques




Se connecter à

Comment Monaco veut devenir la capitale d'un yachting plus éco-responsable

Le prince Albert II et nombreuses personnalités de Monaco ont assisté ce jeudi à la présentation des projets du Yacht-club pour une navigation durable, dans le cadre de la Monaco Ocean Week.

Joelle Deviras Publié le 26/03/2022 à 13:30, mis à jour le 26/03/2022 à 12:29
Le Prince Albert II était, ce jeudi, l’invité d’honneur de la célébration des dix ans de "Monaco capitale du yachting". Photo Jean-François Ottonello

Ce jeudi "Monaco capitale du yachting" fêtait ses dix ans et changeait de nom. C’est maintenant "Monaco capital of advanced yachting". Devant le prince Albert II, président du Yacht-club de Monaco, et de très nombreuses personnalités de la Principauté, Bernard d’Alessandri et son équipe ont présenté leurs projets pour un yachting plus propre.

À l’initiative de cette vaste entreprise depuis une décennie, le Yacht-club cherche toujours et encore à encourager des projets qui conjuguent art de vivre la mer et développement durable. "Le Yacht-club doit être une plateforme pour que l’on soit plus écologiquement correct, souligne Bernard d’Alessandri, secrétaire général. On peut être optimiste aujourd’hui. Depuis un ou deux ans, on commence à voir des ingénieurs qui ont des solutions pour que le yachting ait moins d’impact sur l’environnement. Nous souhaitons faire de ce Yacht-club et de cette marina un démonstrateur de ce qui se fait le mieux."

Une marina zéro émission?

Le bâtiment de Norman Foster inauguré en 2004 a lui aussi vocation à être moins énergivore. Des panneaux solaires ont été installés. Mais la technologie a évolué depuis. "Nous avons également des projets pour la réutilisation de l’eau. Dans tous les domaines, la transition est une réalité; parce que la technique nous le permet."

 

Sur l’eau et à quai, des progrès ont été faits. Mais il reste beaucoup à faire. "Pour l’énergie des bateaux, on parle beaucoup d’hydrogène, note Bernard d’Alessandri. Ça semble un mot magique. Mais ce n’est pas pour demain. Il y aura des solutions intermédiaires. Par ailleurs, les Marinas sont de plus en plus connectées."

Et le Yacht-club de montrer une vidéo présentant une marina du futur avec un bateau du comité zéro émission du designer résident monégasque Espen Oeino.

De quoi rêver d’une Principauté zéro émission…

Ils remportent un trophée pour leur engagement

La transition étant l’aboutissement de l’effort de tous, le Yacht-club a ensuite décerné un trophée à plusieurs acteurs. Ce trophée symbolise la signature de chacun à la charte d’engagement "Monaco Capital of Advanced Yachting".

Frédéric Genta, délégué interministériel chargé de la Transition Numérique, a expliqué que "la relation entre la mer et l’homme a façonné notre pays depuis des siècles". Et de souligner qu’aujourd’hui, "le yachting est un pôle majeur de l’économie, représenté par quelque 250 entreprises pour un chiffre d’affaires annuel global de 750 millions. Le yachting est un facteur d’attractivité sur lequel Monaco peut compter. Mais il doit se moderniser. L’innovation doit avoir un rôle central. Croissance et modernisation ne pourront se faire qu’en respectant l’environnement marin. Il est urgent que le numérique contribue aux marinas durables".

Olivier Wenden, vice-président administrateur délégué de la Fondation Prince Albert II de Monaco, a souligné que "la Fondation a participé à l’installation de bornes très rapides pour les bateaux électriques. La marina de Monaco a été la première d’Europe ainsi équipée".

Thomas Battaglione, CEO de la SMEG, a mentionné que "le port Hercule et le port de Fontvieille avaient respectivement 600 et 250 points de raccordement électriques. Le Yacht-club, c’est 1 % de la consommation de Monaco. Nous essayons de voir comment renforcer la production d’électricité, par exemple au moyen de panneaux solaires souples sur les tentes".

Espen Oeino, architecte naval de superyachts, a souligné l’importance d’être précurseur. "On se doit tous d’avoir de l’avance dans ce que l’on fait. On travaille sur plusieurs axes de recherches. Pas seulement pour des yachts mais aussi des navires de commerce. La navigation représente 2,5 % de pollution et le yachting, une infime proportion de ces 2,5 %. Mais le yachting est très visible et c’est important de trouver des solutions."

Aleco Keusseoglou, président de la Société d’Exploitation des Ports de Monaco, souligne l’importance de fédérer tous les acteurs. "On a l’impression que tout le monde veut jouer le jeu."

Les autres personnalités qui se sont vues remettre un prix sont Gaëlle Tallarida, à la tête du Monaco Yacht Show, Guy Antonielli, patron de la Direction du Tourisme et des Congrès, Édouard Mousny, vice-président du Cluster Yachting Monaco et Jean-Luc Biamonti, président-délégué de la Société des Bains de Mer.

Bernard d’Alessandri, secrétaire général du Yacht-club de Monaco, a présenté les grands axes de développement de "Monaco capitale du Yachting", devenue "Monaco capital of advanced yachting". Photo Jean-François Ottonello.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.