Comment le marché de Monte-Carlo veut se redynamiser

En perte de vitesse depuis de nombreuses années, l’autre marché de la Principauté, après celui des Halles de la Condanime, essaie de se réinventer. La voie choisie? Les produits locaux.

Article réservé aux abonnés
Julie Baudin Publié le 26/09/2022 à 13:10, mis à jour le 26/09/2022 à 13:29
Sept nouveaux exposants, la plupart producteurs, sont venus diversifier l’offre du marché de Monte-Carlo. Photo Dylan Meiffret

Offrir un nouveau souffle au marché de Monte-Carlo. C’était une promesse de la mairie de Monaco face à un marché qui se réduit à peau de chagrin et des clients qui ont déserté le lieu depuis belle lurette.

"Ce marché est effectivement en perte de vitesse et la fréquentation n’est pas à la hauteur, reconnaissait au printemps dernier dans nos colonnes Marjorie Crovetto, deuxième adjointe au maire de Monaco, en charge du Cadre de Vie, de l’Environnement et du Développement durable. Nous mettons tout en œuvre pour le redynamiser. Nous y avons récemment organisé des animations et nous travaillons actuellement sur l’offre."

Carte locale

Il aura fallu un peu de temps, et une recherche ciblée, pour dessiner le nouveau visage de ce marché installé au cœur d’un quartier central de Monaco très fréquenté.

Et depuis début septembre de nouveaux commerçants ont pris place derrière leurs étals. "Dans un premier temps nous avons travaillé sur la signalétique de ce marché oublié pour recadrer au mieux le périmètre, explique Marjorie Crovetto. Puis, nous nous sommes attachés à élargir l’offre commerciale et à la diversifier."

Un travail qui a été confié à un prestataire spécialisé dans la redynamisation des marchés, Stéphane Regnier. "Aujourd’hui, un marché alimentaire ce n’est pas que des fruits et légumes, ça doit être beaucoup plus large. La mairie de Monaco l’a bien compris et elle avait à cœur de proposer un panaché de produits différents de saison et des commerçants qui jouent au maximum la carte locale.

 

J’ai moi-même démarché des producteurs, certains font déjà des marchés ailleurs. Comment je les ai convaincus ? En leur expliquant que ce marché était en devenir et avec un beau potentiel. Et puis, il faut aussi le reconnaître, ici en plein cœur de Monaco, le panier moyen du consommateur est très intéressant."

Sept nouveaux

Sept nouveaux commerçants ont donc fait leur arrivée il y a peu. Des producteurs de fruits et légumes, de miel, d’huile d’olive, d’œufs. Un stand de fromages et de charcuterie, un poissonnier, des produits corses. Une rôtisserie s’est également installée il y a peu. S’ils ne sont pas présents tous les jours, ils se répartissent sur la semaine.

"Que ça fait du bien de voir un peu du monde, lance Nicole derrière ses fruits et légumes. Il y a quinze jours on était quatre! Ici elle est une des plus anciennes avec le producteur de fleurs d’Eze. Depuis 1968, je suis là. À cette époque, on était sous la halle, et ce marché, c’était du tonnerre! Puis avec l’ouverture des grandes surfaces ça a été la dégringolade. Mais j’ai résisté. C’est bien, des nouveaux qui viennent, c’est de la concurrence mais ça fait venir le client!"

La mairie de Monaco a à cœur de pérenniser ici un vrai marché dit "provençal". "Il faut en général une année entière, quatre saisons pleines, pour redynamiser un marché, explique Stéphane Regnier. Alors ce n’est que le début de l’histoire…"

 

L’ouverture d’ici la fin de l’année d’une grande parapharmacie au rez-de-chaussée du bâtiment qui abrite Habitat devrait aussi jouer son rôle d’aimant à clientèle.

Affaire à suivre.

Savoir+
Marché de Monte-Carlo: du lundi au dimanche, de 7h à 13h.
Service de livraison gratuite assuré par la mairie de Monaco.

Fromages et charcuterie chez Alison. Photo Dylan Meiffret.

Alison la fromagère

Elle est présente sur le marché le jeudi et vendredi. Derrière sa vitrine? Des fromages, de la charcuterie et des "bouteilles de très bons vins". "Ce ne sont que des produits artisanaux et locaux, excepté quelques produits italiens, confie celle qui tenait jusqu’ici une épicerie fine à Mougins avec son père. Ce qui me plaît c’est de dénicher des petites perles pour les clients".

Son péché mignon? "La truffe, j’adore! Comme ce saucisson truffé enrobé de parmesan, une merveille! Je ne suis ici que depuis trois semaines et ma première impression, c’est que les gens avaient besoin ici d’un vrai marché, quand ils passent, ils s’arrêtent et on discute à chaque fois!"

Les Ruchers de Sainte-Marguerite du Broc

"Nous sommes arrivés ici il y a un mois avec nos légumes de saison et notre miel du Broc dans la plaine du Var. Nous sommes très contents. C’est une clientèle locale qui revient. Un vrai lieu social."

L’huile AOP de Nice de Rémy Rouch. Photo Dylan Meiffret.

L’huile AOP de Nice et les pâtes d’olives de Rémy Rouch, oléiculteur à Saint-Blaise

Il ne vient pour l’instant qu’une fois par semaine le vendredi. Sur sa petite table, une vraie huile d’olive AOP de Nice plusieurs fois médaillée. "Je ne fais pas de marché, c’est le seul. Je travaille plutôt avec les grands palaces cannois. Je suis ici pour faire connaître mon huile et ce savoir-faire. À quelques kilomètres de la frontière italienne, c’est très intéressant."

Jean-Jacques Solimeis, producteur. Photo Dylan Meiffret.

Jean-Jacques Solimeis, producteur de fruits et légumes de la plaine du Var

"Je suis arrivé il y a peu mais je sens le potentiel de ce marché. Nous sommes près d’une école, il y a un parking pour stationner. C’est l’idéal. Le seul point négatif? Le marché de Beausoleil juste au-dessus, il va falloir se démarquer. Chez moi vous ne trouverez que des produits de saison. Là-bas, je ne sais pas…"

Le marché corse d’Aude et Élodie

En provenance directe de l’île de Beauté. Sur le stand d’Aude et Élodie vous ne trouverez que des produits corses, et exclusivement ceux de petits producteurs. Canistrelli, vins, farine de châtaigne, saucisson…

Des journées à thèmes

Des événements et des marchés "à thème" seront proposés chaque mois sur le marché de Monte-Carlo. Si samedi, la journée consacrée à l’Espagne, a dû être annulée, le reste du calendrier proposé par la mairie est alléchant: marchés des cueilleurs le 8 octobre, vins et fromages le 22 octobre, truffe noire et champignons le 5 novembre, marché de la mer (huîtres et seiches grillées) le 26 novembre et marché de Noël le 9 décembre.

L’historique

À l’origine, comme la Halle de la Condamine, il s’agissait d’un marché couvert.

Un vrai lieu de vie populaire dans ce quartier de Monaco que l’ouverture de deux grandes enseignes est venue mettre à mal.

C’est le 24 novembre 1894 que le marché couvert de Monte-Carlo, comme celui de la Condamine, a ouvert ses portes aux Monégasques.

Une ordonnance souveraine datant de la même année leur accordait en effet des concessions d'exploitation, remplaçant les marchés à ciel ouvert.

Depuis, ces lieux de vie incontournables de la vie des Monégasques ont évolué, au gré du temps et des habitudes de vie.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.