“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Comment la Riviera française s’est mise au service de la Roya sinistrée

Mis à jour le 15/10/2020 à 10:14 Publié le 15/10/2020 à 10:03
Les villages de la Roya ont été durement touchés par la tempête.

Les villages de la Roya ont été durement touchés par la tempête. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Comment la Riviera française s’est mise au service de la Roya sinistrée

Au lendemain de la catastrophe, la communauté d’agglomération de la Riviera française (Carf) s’est organisée pour venir en aide aux cinq villages impactés. Résumé des actions menées.

Répondant aux missions qui lui incombent, mais également à un impératif de solidarité, la communauté de la Riviera française (Carf) n’a pas attendu pour venir en soutien à la vallée de la Roya, défigurée le 2 octobre par la tempête Alex.

"Nous avons fait tout ce qui était de notre compétence, et même au-delà", résume le président de la Carf, Jean-Claude Guibal.

Un exemple suffirait presque à l’attester: en dehors des secours, la première personne à s’être rendue à Breil-sur-Roya le samedi matin n’était autre que le directeur général des services techniques, Sylvain Michelet.  Tandis qu’à Menton, un PC de crise était aussitôt ouvert en mairie, en lien direct avec les techniciens arrivés sur le terrain.

Les actions menées depuis? Elles sont multiples.

Aide logistique

La Carf a rapidement ouvert un poste de regroupement, à Breil, servant de base logistique pour ses techniciens et ingénieurs. Ainsi qu’un centre de recueil de dons des particuliers au Palais de l’Europe - où 20 bénévoles se sont relayés - et dans la ZA du Careï pour ceux des entreprises. À noter que l’institution a elle-même acheté 100 tonnes d’eau et de nourriture. Dès le lundi 5 octobre, un hélicoptère a par ailleurs été affrété pour réaliser un premier état des lieux des réseaux de la Carf.

Aux mairies qui en font la demande, cette dernière apporte également un soutien logistique.

Les villages de la Roya ont été durement touchés par la tempête.
Les villages de la Roya ont été durement touchés par la tempête. Photo J.-F. O.

De son côté, la plateforme Initiative Menton Riviera est missionnée pour venir en aide aux commerces. Concernant l’accueil des sinistrés, 22 familles sont logées par l’agglo, notamment dans des hôtels mentonnais. « On cherche des logements de plus longue durée pour les foyers qui ont tout perdu, complète le président. Côte d’Azur habitat est prête à vendre en accession sociale à la propriété des appartements dans le Suillet. »

Eau et assainissement

À Breil et à La Brigue, l’eau potable a été rétablie à 99 %. À Saorge, l’ensemble des foyers est alimenté en eau sanitaire. Les Fontanais ont tous été raccordés à l’eau potable. Tende et Saint-Dalmas, 80 % des foyers sont alimentés en eau sanitaire.

"Pour les habitats dispersés nous avons du mal à raccorder. Rien qu’entre la source de Tende et le gros du bourg il y a cinq ruptures...", indique le directeur général des services de la Carf, Laurent Régné.

Les villages de la Roya ont été durement touchés par la tempête.
Les villages de la Roya ont été durement touchés par la tempête. Photo J.-F. O.

Autre problème: celui des eaux usées, toutes les installations sur le secteur étant à l’arrêt. Des visites sont en cours dans les stations et les postes de relevage pour effectuer les déclarations auprès des assurances.

Déchets

1 300 sacs cabas ont été distribués dans la vallée, ainsi que 127 bacs. Un espace de collecte et de stockage des bacs à déchets a par ailleurs été créé à la gare de Breil.

Dans les communes accessibles par le train, les draisines permettent de tout évacuer. "La principale difficulté concerne Tende. Vu qu’il n’y a pas de route, il est impossible de faire venir des bennes", note Laurent Régné.

Quant aux déchets hospitaliers des Ehpad de La Brigue et Saorge, ils sont évacués vers l’hôpital de Breil une fois par semaine.

Transports

Les élèves internes du lycée Pierre et Marie Curie sont reconduits, chez eux, dans la Roya dès le jeudi soir. Depuis le 5 octobre, la ligne 25 - gratuite à ce jour - a été rétablie entre Breil et Menton, via le col de Brouis. Tandis que Vintimille est desservi depuis le 7 octobre.

Les villages de la Roya ont été durement touchés par la tempête.
Les villages de la Roya ont été durement touchés par la tempête. Photo J.-F. O.

D’ici une semaine, du transport à la demande entre Tende, Saint-Dalmas et La Brigue sera possible grâce au prêt d’un véhicule électrique par Le Prieuré de Saint-Dalmas - qui a déjà rempli le rôle de centre d’accueil pour les victimes.

"J’espère que les 100 millions d’euros requis pour rénover la ligne de train seront débloqués, glisse Jean-Claude Guibal. C’est une nécessité: la voie ferrée peut desservir la totalité de la vallée dans un délai raisonnable. Alors que la route devrait être rétablie dans quelques années - il faudra commencer par définir son itinéraire."

Télécommunications

Un travail a été mené avec les opérateurs pour rétablir les liaisons. Les téléphones émettent depuis que l’électricité a été restaurée. Reste le problème d’Internet dans certaines zones, même si une fibre de 10 km a été tirée par Orange.

Le signal TV est revenu partout dès le 7 octobre.

Et après ?

À court terme, un problème va se poser: l’évaluation du nombre de sinistrés. "Pour l’instant nous en avons seulement connaissance via les demandes de relogement, mais on ignore combien de personnes ne peuvent pas rester dans leur maison. Parce qu’isolés, ils ne sont pas forcément en mesure de nous le faire savoir..." Un recensement devra donc être fait, sûrement en porte à porte.

À plus long terme, la Carf entend renforcer ses moyens Gemapi (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations). Une dizaine de personnes devrait d’ores et déjà être recrutée pour gérer la crise, au moins le temps de l’hiver. Des embauches plus durables devraient suivre. "On ne peut plus gérer avec les moyens d’hier...", argumente le président de la Carf.

Pour que la voix des habitants puisse être entendue

À la surprise générale, les élus de la Carf ont déposé lundi une motion, à l’unanimité, demandant à être en charge de la Maîtrise d’Ouvrage pour le chantier de renaissance de la Roya.

"Être maître d’ouvrage, c’est dire ‘voilà ce que l’on souhaite’. Et permettre à la population de s’exprimer", plaide Jean-Claude Guibal.

La reconstruction nécessitera des gros efforts humains, financiers, techniques, expose-t-il. Et du temps, beaucoup de temps. Probablement deux à trois ans pour que routes et tourisme ressuscitent.

"Tout ceci nécessite une coordination qui ne peut relever que de l’État", reconnaît le président, alors que Xavier Pelletier vient justement d’être nommé préfet en mission de service public chargé de la reconstruction des zones sinistrées.

Reste la volonté pour la Carf - sinon le besoin - d’exister et de se faire entendre. "Avec nos 15 communes et nos 75.000 habitants, on se trouve un peu petits par rapport à nos moyens, nous ne sommes pas en mesure d’investir un milliard d’euros pour redonner vie à la Roya. En revanche, nous sommes des élus qui représentent la population légitimement et qui considèrent que la conception de ce que sera la vallée ne peut se faire sans consulter les populations", clame-t-il.

Ajoutant qu’elles seules sauront dire si elles veulent rester dans la Roya ou non, s’il faut construire comme avant ou de manière plus inédite. Pourquoi pas en avance de 10 à 15 ans, dans une dynamique écologique et durable. "Le projet peut être passionnant: faire revivre la vallée dans le respect de sa tradition et sa culture, tout en épousant son temps", poursuit Jean-Claude Guibal. Qui entrevoit une priorité: tout faire pour maintenir la population dans la vallée. "Le pire serait que la Roya se vide…"

d’archives J.-F.O.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.