“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Comment cette association monégasque aide les femmes victimes de violences

Mis à jour le 28/11/2018 à 08:32 Publié le 28/11/2018 à 08:31
L’ancien bâtonnier Evelyne Karczag-Mencarelli, avec la directrice générale Valérie Campora-Lucas, veille à fournir une connaissance pertinente des droits aux personnes concernées dans leurs locaux du 15, rue Louis-Aureglia.

L’ancien bâtonnier Evelyne Karczag-Mencarelli, avec la directrice générale Valérie Campora-Lucas, veille à fournir une connaissance pertinente des droits aux personnes concernées dans leurs locaux du 15, rue Louis-Aureglia. Photo J.-M.F.

Comment cette association monégasque aide les femmes victimes de violences

L'association monégasque A.V.I.P. apporte avant tout un soutien psychologique et juridique aux femmes victimes de violences. Mais pas seulement... Et pas uniquement à Monaco

Vols, viols, violences conjugales, harcèlements, agressions, humiliations, menaces, injures, blessures… Si ces mots illustrent encore une souffrance contemporaine souvent silencieuse, à Monaco de tels maux sont maintenant correctionnalisés.

Une association s’est dotée des moyens psychologiques et juridiques pour agir, soutenir, accueillir, accompagner les victimes jusqu’au prétoire: l’A.V.I.P. 
[L’Aide aux victimes d’infractions pénales est une association monégasque.]

La poignée de bénévoles, placés sous l’autorité de l’ancien bâtonnier Évelyne Karczag-Mencarelli, avec la directrice générale Valérie Campora-Lucas, veillent à fournir une connaissance pertinente des droits aux personnes concernées, de l’assistance judiciaire jusqu’à la consultation d’un avocat, avec un maximum de gratuité.

"L’écoute est importante"

Au téléphone (93.25.00.07) sept jours sur sept, de 8 heures à 20 heures, comme aux permanences du mardi matin dans la salle des pas perdus du palais de Justice, de plus en plus de victimes lancent un S.O.S.

En majorité, elles racontent avec pudeur les faits subis et les conséquences désastreuses sur leur vie.

"La plupart du temps sous emprise, reconnaît Valérie Campora-Lucas, ces gens se taisent par peur, par culpabilité, ou parce qu’ils craignent de ne pas être crus. L’écoute est alors importante. Dans un premier temps, la reconstruction passe évidemment par la parole. Nous les orientons dans les démarches à effectuer ou nous les informons sur leur droit. Sur un plan plus pratique, c’est une aide lors du dépôt de plainte ou encore notre présence aux audiences pénales."

Les plaignants peuvent également consulter le site internet www.avip.asso.mc traduit en quatre langues afin d’être au plus près des communautés établies en Principauté.

Un relais avec les communes voisines

"Il est important de favoriser la compréhension auprès des résidents, relance l’avocate honoraire Évelyne Karczag-Mencarelli. Depuis janvier 2018 jusqu’à cette mi-novembre 2018, nous suivons 24 cas de violences conjugales, 5 de violences familiales et 1 de violences volontaires. On note aussi: 9 cas de harcèlement, 3 cas de viol sur des femmes de 20 ans, 2 abus de confiance, 9 accidentés de la route. Il faut prendre en compte 55 affaires suivies depuis le début de l’année." 

RELIRE "Dans 80% des cas", les auteurs de violences faites aux femmes sont "des proches et non des inconnus"

À ce sujet, l’AVIP évite tout sectarisme frontalier. Pour des victimes françaises soignées au CHPG, un lien a été mis en place avec l’association Montjoye, afin de poursuivre le placement dans le pays voisin.

L’AVIP est également en contact avec le 115 pour des éventuels plans d’accueil d’urgence et fournir un service d’aide suivi sur les lieux d’habitations des personnes concernées.

"La réalité est difficile à évaluer"

Globalement, l’association s’affaire afin d’être un relais pour toute personne étrangère à la Principauté, avec une volonté affichée de faire la jonction avec les services sociaux adaptés.

"Certes, relève Valérie Campora-Lucas, la réalité est difficile à évaluer car toutes les victimes ne sont pas en mesure de se confier et de porter plainte. Mais dans le cadre des violences conjugales, on peut annoncer que 90% des victimes sont des femmes; 100 % de femmes dans les cas de harcèlement et autant de femmes et d’enfants dans les violences familiales. Sur l’ensemble, 18 personnes sont accompagnées au niveau psychologique. À titre d’exemple, une femme a subi les violences de son mari pendant vingt ans. Nous avons réussi à la sortir de cet enfer. Aujourd’hui, malgré un divorce en cours, elle est enfin capable de lui tenir tête. Elle n’est plus ce petit moineau qui était venu demander du secours en 2017…"

Les images conjuguées du bon samaritain et du catéchumène saint Martin illustrent à merveille le dévouement de ces deux responsables avec leurs bénévoles, certainement inspirées par la célèbre maxime de Beaumarchais: "La nature dit à la femme, sois belle si tu peux, sage si tu veux, mais sois considérée, il le faut."


Savoir +
Ses locaux sont situés au 15, rue Louis-Aureglia, 98000 Monaco. Téléphone: +377.93.25.00.07; courriel: avip@monaco.mc.
Le numéro vert du gouvernement, le 116919, est également renvoyé sur le poste de l’AVIP.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.