“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Colonel Varo : Un bilan

Mis à jour le 10/09/2018 à 05:28 Publié le 10/09/2018 à 05:28
« Je n'étais pas du tout programmé pour venir à Monaco. »

Colonel Varo : Un bilan

Bientôt à la tête de la Force publique, le chef de corps des sapeurs pompiers de Monaco « ferme un livre » en quittant sa caserne mais compte poursuivre ses réformes structurelles et humaines

Il est né dans les Pyrénées-Orientales mais ce n'est pas un ours. Il a son caractère - indispensable à sa fonction - mais ne griffe qu'en cas d'extrême recours. Après 32 ans de service, dont 25 années dans le corps des sapeurs-pompiers de Monaco ponctuées de 10 ans de commandement, le colonel Tony Varo s'apprête à mettre son sens du devoir et du management, ainsi que ses idées, directement au service du prince Albert II.

Le 17 septembre prochain, il suppléera le colonel Fringant au poste de Commandant supérieur de la Force publique. « Si je connais parfaitement le corps des pompiers, je connais moins celui des Carabiniers. Je pars avec quelques zones d'ombre à éclaircir mais je remettrai une feuille de route au souverain pour travailler en bonne intelligence. »

À 52 ans, le gamin de Le Soler, « village-dortoir » à proximité de Perpignan, se voit récompenser d'un engagement devenu sacerdoce précocement. « Lorsque j'avais 11 ans, le maire a eu l'idée merveilleuse de faire venir à la Fête du village une section des petits pompiers de la région...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct