“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Circulation, cheminement piéton, nuisances, phasage... Le point sur la rénovation des réseaux publics du quartier des Fleurs

Mis à jour le 23/03/2019 à 22:37 Publié le 23/03/2019 à 20:28
Les opérations se dérouleront par tranches, du 25 mars au 14 octobre, sur l’avenue Saint Michel, les rues des Lauriers, des Roses et des Géraniums, dans les alentours directs du Millefiori.

Circulation, cheminement piéton, nuisances, phasage... Le point sur la rénovation des réseaux publics du quartier des Fleurs

Une rénovation des réseaux publics débutera lundi dans les rues autour du Millefiori, pour se conclure mi-octobre. On fait le point.

Après le Jardin exotique, au tour du quartier des Fleurs de subir un lifting en sous-sol. À partir de lundi, Monaco Telecom, la Direction de l’Aménagement urbain et la Société monégasque des Eaux investiront le pourtour du Millefiori pour reprendre l’ensemble des réseaux d’assainissement et d’eau existants et dérouler la fibre en vue du déploiement d’une nouvelle offre de haute technologie par Monaco Telecom.

Le chantier se décomposera en dix phases (plus deux pour la réfection finale des chaussées) et s’étendra jusqu’au 14 octobre 2019. Par respect des derniers arrêtes ministériels relatifs à la qualité de vie et donc pour limiter les nuisances, les travaux seront mis en pause durant quatre semaines au mois d’août (lire ci-dessous).

Des tranchées de 3 mètres

En rouge, les tronçons de rues concernés par les travaux. Le Millefiori sera épargné, sauf par le bruit.

Durant les 26 semaines de travail effectif sur site, des tranchées seront creusées jusqu’à 3 mètres de profondeur dans un quartier « où il y a très peu de voies de communication et une forte densité d’habitations », relève Jean-Luc Puyo. Au total, une quarantaine d’immeubles seront impactés dans ce quartier frontalier de Beausoleil où ne subsistent - heureusement - en sous-sol que des « réseaux domestiques », donc propres à Monaco.

"Il faut déployer une technologie d’avenir"

Le plus gros du boulot reposera sur les épaules des ouvriers de la société Jean Lefebvre, chargée de travaux pour le compte de Monaco Telecom. « Nous sommes en train de déployer dans Monaco un réseau fibré, parce que c’est l’avenir des réseaux fixes, justifie Martin Péronnet. Aujourd’hui, on propose du 1 GigaBit par seconde mais, pour continuer à suivre la courbe des débits et apporter d’autres services à la population, il faut déployer une technologie d’avenir ».

Une technologie qu’il reste à acheminer jusqu’aux particuliers avant de prétendre à commercialiser de nouvelles offres (lire ci-dessous).

« La première phase consiste à ramener de la fibre entre nos locaux, qui nous permettent de créer des services, et le bas des bâtiments. Ensuite, on va monter le “vertical” dans chaque bâtiment, pour être capable de délivrer le service chez chaque particulier. Une fibre très fine qui va assurer l’évolution technologique de la Principauté dans la durée », précise Patrick Bouffel, responsable technique et informatique.

« C’est la première fois depuis le début des années 80 qu’un nouveau réseau est déployé, à l’époque c’était le coaxial », appuie Martin Péronnet.

Eau: "Des opérations relativement légères"

Les différents opérateurs ont présenté le chantier.

Ces grandes manœuvres de Monaco Telecom ont donc été perçues comme une aubaine pour procéder à la rénovation des conduites d’assainissement et d’eau, comme le souligne Manuel Nardi, directeur de la Société Monégasque des Eaux. « On va changer quelques branchements de manière préventive. Non pas qu’ils soient très vieux, mais on profite de l’intervention de Monaco Telecom pour les remettre à neuf. Ce sont des opérations relativement légères qui concernent 5 à 6 branchements pour des particuliers et, pour les appareils publics, des bouches incendie et des systèmes d’arrosage. On repart sur une base neuve et moderne. »

Assainissement: "Des travaux conséquents"

La Smeaux sera d’ailleurs la seule des concessionnaires à toucher au réseau du Millefiori, sans désagréments majeurs pour ces résidents (lire ci-dessous).

Enfouies à 2,70 mètres sous le bitume, les canalisations formant le réseau d’assainissement devraient en revanche promettre quelques journées bruyantes dans le quartier des Fleurs. « Le réseau d’assainissement est très profond et va nécessiter des travaux assez conséquents », prévient Philippe Porcu, chef de section Assainissement à la DAU. « Le réseau est en bon état, sauf dans la rue des Roses où les réseaux datent des années 40 et 50 et nécessitent d’être renouvelés. Pour cette phase-là, comme sur l’avenue Saint-Michel, la voirie sera ouverte sur toute la largeur. »

En espérant qu’il n’y ait pas trop d’imprévus sur certains secteurs dépourvus de relevés topographiques.

Le directeur de la Smeaux, Manuel Nardi, se veut rassurant. « L’opération la plus importante consiste dans le renforcement et le renouvellement des réseaux existants de 150 à 200 mm et, pour éviter tout impact, notamment pour le Millefiori, on a prévu une sauterelle [tuyau parallèle, ndlr] qui permettra d’assurer le service. Il y aura juste des interruptions pour les raccordements définitifs. »

D’autres branchements, à titre privé, s’accompagneront de coupures « de faible ampleur et prévues à l’avance ».

Des informations sur le déroulé du chantier seront diffusées dans les boîtes aux lettres et via les syndics. La Direction de l’Aménagement Urbain restant l’interlocuteur privilégié en cas de questionnements.

Des barrières acoustiques réduiront les bruits et rendront le chantier plus « propre et présentable ». Chantier qui sera mis en pause quatre semaines au mois d’août.

« Nous avons essayé d’anticiper tous les déplacements et il n’y aura pas de blocage strict de la circulation », assure Jean-Luc Puyo. Un feu en alternat sera toutefois installé rue des Géraniums, après l’ouverture de tranchées. « Nous avons essayé de maintenir au mieux la circulation et de restituer au fur et à mesure les stationnements, car c’est un quartier avec des rues très étroites et très peu de places de stationnement, confirme Claude Ghezzi (Monaco Telecom). La circulation piétonne et les accès aux immeubles seront maintenus en permanence. »

Monaco Telecom vise les 25 % d’éligibilité à la fibre « dans un peu plus d’un an » et « 50 % un an après », pour couvrir tout le territoire « fin 2023 ». Sur le terrain, reste à composer avec des bâtiments de différentes générations qui, hormis la majorité de ceux bâtis après 2005, ne disposent pas des fourreaux nécessaires pour étirer proprement la fibre. Car Martin Péronnet le rappelle : « Il n’y a pas de fibre en façade ou qui traverse la cour d’escaliers à Monaco, et on ne passe pas par les fenêtres, ça doit être propre. »

Un casse-tête pour 76 % des habitations, d’autant que Monaco Telecom ne peut intervenir qu’à partir du moment où des accords d’intervention ont été signés par les propriétaires et syndics. « Aujourd’hui, 170 immeubles sont fibrés jusqu’au placard technique de l’étage. Reste la partie la plus compliquée, le raccord vers l’abonné. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct