Rubriques




Se connecter à

Cinq CRS en renfort pour surveiller les plages de Cap-d'Ail pendant tout l'été

Cinq CRS nageurs sauveteurs sont venus prêter main-forte aux maîtres-nageurs sauveteurs civils qui veillent à la sécurité des plages tout l’été à Cap-d’Ail. On fait le point sur le dispositif.

Marie Cardona Publié le 04/07/2022 à 14:40, mis à jour le 04/07/2022 à 14:48
Chaque poste de surveillance est composé d’une équipe mixte de CRS et de MNS civils qui ont pour mission de surveiller les plages tous les jours, de 10 h 40 à 18 h. Photo Jean-François Ottonello

Qui dit saison estivale dit sécurité des plages. Depuis vendredi 1er juillet, cinq CRS sont venus renforcer l’équipe de quatre MNS civils chargés de la surveillance des plages Marquet et Mala de la commune. "Ils jouent un rôle important dans le bon fonctionnement de nos plages pour cette saison estivale, qui a déjà commencé", a rappelé le maire Xavier Beck, à l’occasion d’une réunion de présentation du dispositif en mairie.

Une équipe mixte par plage sera en poste sept jours sur sept, de 10h40 à 18h. Leur rôle: surveiller les eaux de baignade, bien entendu, mais aussi veiller au respect de l’interdiction de fumer sur les plages, de consommer des stupéfiants, de mettre de la musique avec amplificateur ou encore de promener son chien. Chaque poste de surveillance dispose d’une embarcation pour porter secours aux nageurs en difficulté.

 

Par ailleurs, "la plage des Pissarelles [réputée nudiste, N.D.L.R.] dispose d’une borne d’appel d’urgence reliée au poste de secours de la Mala", rappelle Xavier Beck.

Les CRS resteront en poste jusqu’au 29 août. Quant aux MNS, ils poursuivront leur mission de surveillance jusqu’au 30 septembre.

"La plage de la Mala, ce n'est pas Ibiza"

Face aux responsables des plages privées, invités en mairie lors de la réunion de présentation du dispositif de surveillance des plages, le maire de Cap-d’Ail a rappelé les règles à suivre tout au long de la saison, notamment en termes de nuisances sonores.

"La plage de la Mala a un charme fou mais ce n’est pas Ibiza, a rappelé fermement Xavier Beck. Tous les modes d’amplification de la musique sont interdits. Il y a une tolérance à partir de 18 h mais il est hors de question de répéter ce qu’on a connu l’année dernière avec des “beach party” trois jours par semaine."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.