“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Child Care Monaco plus que jamais au chevet de l’Inde

Mis à jour le 22/11/2019 à 10:15 Publié le 22/11/2019 à 10:15
L’association a mis en place cette année un bus bibliothèque pour les habitants de la banlieue de Jaïpur.	(DR)
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Child Care Monaco plus que jamais au chevet de l’Inde

L’association Child Care Monaco organise, le 7 décembre prochain, une soirée de Noël au Salon Bellevue du Café de Paris afin de récolter des fonds pour son nouveau projet.

L’association Child Care Monaco organise, le 7 décembre prochain, une soirée de Noël au Salon Bellevue du Café de Paris afin de récolter des fonds pour son nouveau projet. À Odisha une région très pauvre située au Sud de Calcutta en Inde, l’association projette en effet d’ouvrir deux classes pour les enfants d’un village de pêcheurs qui ont tout perdu à la suite d’un ouragan qui a dévasté leur village.

Child Care Monaco est implanté depuis longtemps en Inde où, depuis le début de l’année par exemple, un bus bibliothèque a été mis en route et sillonne les bidonvilles de Jaipur afin de donner la possibilité aux enfants très pauvres de lire.

En 2015, l’association a également construit une école dans un village du Rajasthan qui compte aujourd’hui huit classes et accueille 110 écolières.

L’éducation en ligne de mire

Martine Ackermann, présidente et fondatrice de Child Care Monaco, et Annie Battaglia, vice-présidente, s’y rendent un mois par an pour organiser des travaux manuels et enseigner l’anglais. « Nous sommes assez fières de pouvoir dire que grâce à notre école, vingt fillettes sont maintenant au collège et encore plus fières d’annoncer que nous avons réussi à diminuer le mariage des fillettes de notre école. À savoir qu’il était très fréquent que des enfants de 3 à 15 ans se marient comme la coutume les invite à le faire. Le fait d’aller à l’école et de suivre une éducation avec l’accord des parents, pour ensuite trouver un travail, les met à l’abri des mariages forcés. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.