“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Chez HVMC, les bijoux font grimper les enchères

Mis à jour le 20/07/2019 à 10:11 Publié le 20/07/2019 à 10:11

Chez HVMC, les bijoux font grimper les enchères

Les deux jours de vente de la haute joaillerie de l’Hôtel des ventes de Monte-Carlo se sont terminés hier au Café de Paris. L’occasion de revenir sur les plus belles acquisitions

Pendant deux jours, le salon Bellevue du Café de Paris aura vibré aux coups de marteau de Franck Baille, le commissaire-priseur de HVMC.

En effet, jeudi et vendredi avaient lieu les ventes aux enchères de la haute joaillerie et de l’horlogerie. La vente des bijoux s’étalait sur les deux journées, tant la collection était importante.

Un rubis à 400 000 euros

Bijoux anciens et d’art déco étaient au programme des trois premières vacations jeudi. Et ils ont fait grimper les enchères. Un sautoir Bulgari en or jaune acquis pour 48 000 euros (hors frais) alors estimé entre 8 000 et 10 000 euros, « une belle surprise », raconte Franck Baille.

Des surprises, HVMC en connaîtra d’autres comme avec un pendentif en or gris serti clos d’une émeraude et de diamants, adjugé à 185 000 euros. Estimation basse : 30 000 euros. Dernière pièce de la vente jeudi, une bague centrée d’un rare rubis birman de 10,21 carats s’est vendue à 400 000 euros (hors frais).

Les enchères, qui se sont finies tard dans la soirée, laissaient place, entre autres, à une collection privée d’artistes le lendemain.

Les téléphones chauffent

Hier, quelques soucis de télécommunications sont venus pimenter les enchères. Un comble pour un pays entièrement couvert par la 5G ! Le temps qu’Internet s’actualise et que les coups de fil soient pris, et c’était reparti. Les enchérisseurs au téléphone seront d’ailleurs aux aguets lors de la vente de boutons de manchettes Van Cleef & Arpels en jade impérial ayant appartenu au prince Doan, ex-époux de l’héritière Barbara Hutton. C’est finalement un acheteur d’origine chinoise qui remportera la vente à 29 000 euros (hors frais). Ces boutons étaient estimés entre 1 800 et 2 500 euros.

Même ballet téléphonique pour la vente d’un bracelet Jean Despres. Franck Baille est prêt à adjuger à 27 000 euros quand, tout d’un coup, un 28 000 retentit avant le coup de marteau final. « 28 000 adjugé une fois ? Adjugé deux fois ? Adjugé pour 28 000 ! » Soulagement pour Shirley qui félicite le nouvel acquéreur.

Ces deux jours nous rappelleront que Marilyn Monroe avait presque raison : « Les diamants sont les meilleurs amis des femmes »… Des hommes aussi !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.