“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Chandigarh au Larvotto

Mis à jour le 14/09/2019 à 10:22 Publié le 14/09/2019 à 10:21
Le mobilier contemporain créé au milieu du XXe siècle pour la ville indienne de Chandigarh est devenu iconique… et très prisé des collectionneurs.

Le mobilier contemporain créé au milieu du XXe siècle pour la ville indienne de Chandigarh est devenu iconique… et très prisé des collectionneurs. Cyril Dodergny

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Chandigarh au Larvotto

Des pièces du mobilier - devenu iconique - de cette ville utopique créée dans les années 50 en Inde par Le Corbusier et Pierre Jeanneret, sont exposées et à la vente chez Casamanara

D’ordinaire chez Casamanara, on crée des intérieurs pour des clients à Monaco, Hong Kong ou New York. Pour cette rentrée, les fondateurs de cette maison de design du Larvotto, Debla Manara Berger et Piero Manara, frère et sœur, ont choisi d’entamer l’année avec une exposition singulière. En ouvrant leurs espaces à une quarantaine de pièces de mobilier signé par Le Corbusier et Pierre Jeanneret.

Et, c’est un fait rare en Principauté, d’exposer du design.

« Une utopie »

Ici, l’équipe de Casamanara a précisément choisi d’évoquer Chandigarh, capitale de la région indienne du Punjab. Une ville pensée par l’architecte Le Corbusier au début des années 50 et développée par son cousin Pierre Jeanneret. Ce dernier imagine tout un mobilier devenu iconique dans l’histoire du design. Et ce sont ces pièces : tables, chaises, banquettes, bureaux qui ont meublé Chandigarh, que l’on trouve dans le showroom du Larvotto jusqu’au 9 novembre. Des meubles en bois aux lignes pures, pensés pour le quotidien, qui allient pureté et élégance.

« Cette ville raconte une période de l’histoire de l’homme et du XXe siècle. C’était pour l’époque une ville nouvelle, construite de toutes pièces, une utopie pour montrer la modernité du pays qui venait d’acquérir son indépendance, détaille Piero Manara. Le mobilier était entièrement construit sur place, principalement avec du bois de rose. Une démarche que l’on qualifierait de vertueuse aujourd’hui. Et il y a énormément de meubles produits pour occuper les appartements, les bureaux, les écoles. »

Comme des œuvres d’art

Le recensement de toutes ces pièces signées par Pierre Jeanneret à Chandigarh a été établi par un expert, Jacques Dworczak, auteur d’un catalogue raisonné sur ce mobilier recherché qu’il collectionne depuis un quart de siècle. D’innombrables pièces sont sorties d’Inde pour être revendues au fil des années. Avant que le gouvernement indien ne régule désormais ce « commerce » dans une ville classée au patrimoine mondiale de l’Unesco.

Aujourd’hui, les chaises signées Jeanneret pour Chandigarh sont parmi les plus cotées dans le monde du design, atteignant souvent des prix à cinq chiffres. Des numéros sur chaque meuble, correspondant à la nomenclature pensée par Le Corbusier pour la ville, permettent en partie de les identifier, dans la jungle des copies existantes sur le marché.

« Les pièces de Chandigarh ont une cote très élevée, confirme Piero Manara. Elles sont vues comme des pièces de collection, des œuvres d’art alors que ce sont d’abord des meubles à vivre. »

Pour le plaisir des yeux, ce défilé de beaux meubles est visible du lundi au samedi chez Casamanara. Et tout est à vendre… pour celles et ceux qui en ont les moyens.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.