Cette Azuréenne a été inondée 14 fois en un an par les eaux du canal qui passe près de sa maison

Les fuites d’eau sur le réseau d’eau du Canal du Foulon, à Grasse, ont entraîné de nombreux désagréments pour Renée Camatte, retraitée et résidente du boulevard Louis Barthou. Sa maison a été inondée 14 fois en un an.

Article réservé aux abonnés
Solène Gressier Publié le 22/11/2022 à 11:12, mis à jour le 22/11/2022 à 10:54
Les canalisations du réseau d’eau se situent à une vingtaine de mètres au-dessus de l’habitation de Renée Camatte qu’elle pointe ici du doigt. (Photo Cyril Dodergny)

Quand retrouvera-t-elle la tranquillité d’esprit? Quand cessera-t-elle de nettoyer et pourra-t-elle entamer les travaux de ses rêves pour transformer sa maison? Si seulement Renée Camatte ne subissait pas d’inondations régulières...

Depuis octobre 2021, la retraitée, résidente sur le boulevard Louis-Barthou à Grasse, en a vécu quatorze. La dernière remonte à début novembre.

Ce désagrément n’a rien à voir avec la mauvaise météo en cette période automnale. "Il y a les canalisations du réseau d’eau du Canal du Foulon à vingt mètres au-dessus de chez moi. Quand ils ouvrent les vannes du château d’eau, cela ruisselle jusque chez moi."

Et bousille ses espaces extérieurs et intérieurs. Son jardin en a, en effet, pris un coup. Les escaliers lui permettant de sortir de chez elle, aussi. Tout comme sa cave. "J’ai élevé plusieurs objets, dont des grandes malles, pour qu’elles ne soient plus dégradées par les dégâts des eaux. Pour le reste, je dois jeter énormément d’affaires!"

"Ce n’est plus possible!"

Lassée de devoir s’en occuper, Renée Camatte se demande si elle ne va pas jeter l’éponge. "Je vais arrêter de mettre mon nez là-dedans!"

 

Bien que certaines dégradations ne lui permettent pas de fermer les yeux. Dans sa chambre apparaissent de plus en plus de taches d’humidité et de moisissure. "Depuis que je me suis installée en 2014, je n’ai jamais eu de problèmes. Si ce n’est quelques coupures d’eau, de temps en temps. Mais depuis ces inondations…"

Renée Camatte ne supporte plus non plus le bruit causé par les inondations. "Même quand il fait grand soleil, on entend d’énormes jets d’eau. Franchement, ce n’est plus possible!"

Travaux prévus en décembre

Désespérée, la Grassoise a plus d’une fois contacté le Syndicat intercommunal de l’eau du Foulon (SIEF) et Suez d’intervenir. Des techniciens sont bel et bien passés. "Mais rien n’est fait!"

Marc Flocon, ingénieur hydraulique au SIEF, tient pourtant à la rassurer: "Le canal sera entièrement remplacé. Des travaux commenceront à la mi-novembre."

 

Toute la liaison entre les deux réservoirs, sur ce tronçon, sera alors livrée deux mois plus tard.

Comment expliquer de tels dégâts jusqu’à présent? "Il arrive qu’il y ait trop d’eau dans les tuyaux. Au lieu d’en contenir 150m3, il y en a 160 voire 170…" Pour résoudre ce problème, "un débitmètre sera installé". "Jusque-là, on contrôlait le débit à distance, depuis Châteauneuf. Maintenant, ce sera sur place." Quant aux ravages au sein de l’habitation de Renée Camatte, le SIEF ne se dédouane d’aucune responsabilité. "Nous en sommes conscients. Et c’est pour cela que nous avons modifié notre calendrier de travaux pour remplacer ce tronçon du canal en priorité."

Désormais, la retraitée est invitée à envoyer son dossier d’assurance. Pour que cela ne reste bientôt plus qu’un lointain souvenir.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.