“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"C’est plus compliqué que jamais": la crise du coronavirus menace la survie de ce petit théâtre de Monaco

Mis à jour le 22/08/2020 à 19:19 Publié le 22/08/2020 à 17:52
Mais quand rouvrira donc le Théâtre des Muses ?

Mais quand rouvrira donc le Théâtre des Muses ? Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"C’est plus compliqué que jamais": la crise du coronavirus menace la survie de ce petit théâtre de Monaco

Fermé depuis le confinement, le petit théâtre du boulevard du Jardin-Exotique ne sait pas quand il pourra rouvrir. Ni s'il pourra rouvrir.

Le petit écrin privé du boulevard du Jardin-Exotique est fermé depuis le 13 mars. « 2020 était super bien partie. Nos résultats étaient encore meilleurs qu’en 2019. Jusqu’en mars. Et puis, patatras. »

À quinze jours de la rentrée, sa directrice ne sait pas quand elle pourra rouvrir. En septembre pour accueillir les jeunes en cours de théâtre ? Il faudrait d’abord que les règles soient clairement établies et compatibles avec le lieu.

Anthéa Sogno souhaiterait tout faire pour rendre les choses possibles. « Nous n’avons, pour l’heure, aucune information du gouvernement quant à l’accueil des élèves. »

Est-ce que les effectifs doivent être réduits ? « Je ne sais rien. Apparemment, contrairement à la France, seuls les moins de six ans n’auront pas besoin de porter le masque dans la salle. Sur scène, c’est évidemment impossible puisque justement, le théâtre, c’est avant tout de l’expression orale combinée aux émotions. Si les cours ne peuvent reprendre, la saison théâtrale sera directement impactée car les élèves représentent un grand nombre d’entrées aux spectacles qui font partie de leur formation. »

Par ailleurs, selon les restrictions imposées par le Covid, le nombre de spectateurs sera forcément réduit. « Comment rentrer dans nos frais ? Il m’est demandé d’enlever les deux premiers rangs. Puis une place entre chaque réservation, ce qui réduira la jauge de moitié, c’est-à-dire 48 ou 49 places. Impossible de pousser les murs et ajouter de l’espace là où nous n’en avons pas. Nos loges, par exemple, sont toutes petites. En fait, je n’ai pas la souplesse nécessaire pour m’adapter à cette situation de crise. »

Et quels spectacles pourraient être programmés ? « C’est plus compliqué que jamais. Je vais devoir proposer des “seuls en scène” ou des duos. Je ne sais quoi dire aux compagnies. Et puis, j’ai peur que le public, lui-même apeuré, ne vienne pas. Je ne veux évidemment pas lui faire prendre de risque. Mais nous risquons bel et bien de mettre la clé sous la porte. J’ai envie d’apporter quelque chose à mon pays. Ce serait dommage que ce petit théâtre, qui a prouvé son efficacité et son grand succès, ferme définitivement. Je suis partante pour donner des représentations dans n’importe quel théâtre de la Principauté, même en plein air, s’il le faut. Peut-être que, quand tout le monde aura repris ses marques, quinze jours après la rentrée, on aura le thermomètre. Je ne sais pas. Je ne sais rien. »

Le premier spectacle initialement programmé mi-octobre en lancement de sa saison est une pièce sur Picasso, qui est déjà un report de date. Aura-t-il lieu ?

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.