“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ces informations poissons d'avril (qui n'en étaient pas)

Mis à jour le 31/03/2018 à 05:12 Publié le 31/03/2018 à 05:12
La gare avait été évacuée.

La gare avait été évacuée. d'archive Nice-Matin

Ces informations poissons d'avril (qui n'en étaient pas)

Si l'on vous aviez lu ces actualités un 1er avril, vous n'y auriez probablement pas cru. Bien mal vous en aurait pris : celles que nous vous avons sélectionnées ont bel et bien eu lieu. Florilège

12 janvier 2010, 18h.

En raison d'une odeur suspecte, la gare de Menton est évacuée. Puis passée au peigne fin.

La circulation des trains est elle-même immédiatement interrompue - par précaution.

Quant aux moyens déployés, ils sont tout bonnement hallucinants.

Une grande échelle barre l'entrée du bâtiment. Des ambulances sont déjà prêtes à transporter les éventuels blessés jusqu'à l'hôpital le plus proche. Des dizaines de pompiers et de policiers sont également présents. Prêts à intervenir, ou à faire rempart pour protéger les voyageurs d'une menace encore inconnue. Seule l'hypothèse du gaz sarin - inodore - est exclue à ce stade-là.

Mais bien vite, la pression retombe du côté des secouristes. Pire, les rires commencent à gagner l'assistance. La réponse à l'interrogation et à l'inquiétude grandissantes se trouve en effet dans la salle d'attente. Où sont paisiblement installés deux Chinois, loin de la foule en ébullition. Loin d'imaginer, aussi, que leurs inoffensifs agissements feraient d'eux des suspects.

Visiblement pris d'une instance fringale, les deux tourtereaux avaient, de fait, sorti leur réchaud pour se préparer des mets - dont on ne saurait dire s'ils étaient raffinés. Car c'est bien l'odeur émanant de cette cuisine orientale qui est à l'origine du branle-bas de combat. Bien qu'il n'ait évidemment pas été prévu que les autorités, les voyageurs et les forces de l'ordre en fassent tout un plat.

« Quoi de plus normal ! Comme on ne sait jamais quand les trains vont arriver rien de plus normal que de se préparer un petit frichti, surtout avec le froid qu'il fait », commentait un internaute, après avoir appris la nouvelle.

Mais on ne saurait trop vous déconseiller de reproduire l'expérience lors des grèves ferroviaires à venir… De telles pratiques ne sont définitivement plus en odeur de sainteté.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct