“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Centenaire de la naissance de Léo Ferré

Mis à jour le 29/10/2016 à 05:06 Publié le 29/10/2016 à 05:06
Léo Ferré en 1989.	(DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Centenaire de la naissance de Léo Ferré

Retrouvez comme chaque mois la chronique du Comité des traditions monégasques

Il y a cent ans, le 24 août 1916, naissait à Monaco Léo Ferré. Cet immense artiste monégasque était un compositeur et un poète de premier plan mais aussi un interprète dont la voix pénétrait au plus profond de chacun d'une seule vibration faite d'amour et de révolte. Ayant réalisé plus d'une quarantaine d'albums originaux couvrant une période de 46 ans de créativité, Léo Ferré est à ce jour le plus prolifique auteur-compositeur-interprète d'expression française.

Né à Monaco d'un père directeur du personnel de la SBM et d'une mère couturière, il intègre à 7 ans comme soprano la chorale de la Maîtrise de la cathédrale de Monaco où il apprend le solfège et l'harmonie. Pensionnaire pendant 8 ans chez les Frères des Écoles chrétiennes du collège Saint-Charles de Bordighera, il obtient le diplôme de sciences politiques après des études de droit à Paris.

Le 26 février 1941, Léo Ferré se produit pour la première fois en public, seul au piano, lors d'un gala de variétés au théâtre des Beaux-Arts de Monte-Carlo. Depuis, Léo Ferré n'a cessé d'écrire et de composer, faisant ainsi reconnaître la chanson comme un art à part entière. Louis Aragon dira de lui que « c'est un poète, un poète qui écrit directement ses poèmes suivant les lois d'un genre poétique, la chanson ». C'est « extra » que le poète préféré du chanteur n'est autre que… Guillaume Apollinaire qui a étudié au collège Français de Saint-Charles sur le Rocher de Monaco. À l'occasion du centième anniversaire de la naissance d'Apollinaire, Léo Ferré s'était rendu dans l'ancien appartement du poète, au 202 boulevard Saint-Germain à Paris, et avait voulu saluer « le réinventeur du verbe ».

Son épouse disait que Léo Ferré « passait du texte à la musique et inversement ». Car le poète était aussi un grand musicien. Celui que l'on résume trop à sa carrière de chanteur était avant tout un compositeur dont le bonheur suprême était de conduire un orchestre. Il dirigea à plusieurs reprises des orchestres symphoniques et durant les quinze dernières années de sa carrière, il assura lui-même les arrangements et les orchestrations de tous ses enregistrements. Il composera un oratorio sur « La Chanson du mal aimé » poème d'Apollinaire que Ferré apprécie grandement.

Essuyant plusieurs refus de la part des maisons de production, ce sera le prince Rainier III qui, après avoir écouté l'œuvre, décide de mettre à sa disposition l'Opéra de Monte-Carlo et son orchestre, à charge pour lui de trouver des chanteurs et de diriger les répétitions, puisque Ferré souhaitait tenir la baguette. L'exécution publique aura lieu le 29 avril 1954 et il dira de cette soirée : « Je me suis mis à diriger… et alors, ça a été pour moi, extraordinaire. Je crois que c'est la plus grande joie artistique de ma vie. »

En 2003 la mairie de Monaco l'avait honoré en inaugurant la place Léo Ferré (ancienne place Clichy) sur laquelle a été installé le visage en bronze de l'artiste, par le sculpteur Blaise Devissi.

Le Comité national des traditions monégasques, le 15 octobre 2014, pour fêter le 90e anniversaire de sa création, lui avait rendu un hommage dans la salle de spectacles qui porte depuis 2013 le nom d'« Espace Léo-Ferré » pour pérenniser sa mémoire. Lors de cette soirée culturelle monégasque, Nicole Galan y avait interprété la chanson « Jolie Môme ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.