“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ce qui arrive aux Jardins

Mis à jour le 30/06/2017 à 05:05 Publié le 30/06/2017 à 05:05
Le ministre d'État Serge Telle a passé hier près de deux heures à évoquer, avec les journalistes, les déboires des Jardins d'Apolline.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ce qui arrive aux Jardins

L'État veut établir la chaîne des responsabilités dans les énormes dégâts des eaux de l'ensemble immobilier domanial. L'assignation devrait être prête ce week-end

Le projet immobilier a coûté au total 170 millions d'euros à l'État. Et trois ans seulement après la livraison définitive, les dégâts des eaux sont si importants dans les quatre blocs des Jardins d'Apolline que l'eau n'est plus potable, et déconseillée pour nettoyer les aliments, se brosser les dents ou pour prendre un bain…

Des tuyaux de cuivre qui se percent, des vannes de canalisations qui ne se ferment pas… Et des moisissures et champignons sur les murs. 230 foyers sont dans l'attente d'un relogement, soit près de 10 % des Monégasques !

Alors aujourd'hui, l'État s'apprête à envoyer une assignation générale pour déterminer la chaîne des responsabilités et ainsi demander des comptes. Et le ministre d'État Serge Telle annonce : « le gouvernement sans état d'âme ». « C'est un gros sujet pour nous », a-t-il expliqué hier, lors d'un petit-déjeuner où étaient invités les représentants de la presse locale.

10 millions d'euros provisionnés

« Nous avons provisionné une dizaine de millions d'euros pour la gratuité des loyers sur le budget de l'État. La situation s'est détériorée de façon très importante ces dernières semaines. Nous sommes passés d'une situation de sinistre à crise sanitaire sans précédent ».

« Il faut traiter les conséquences et trouver les causes. Les assignations sont en cours. L'idée de l'expertise est d'être sûr que nous sommes d'accord sur les faits. » Sur les travaux de plomberie, le gouvernement confirme qu'ils ont été confiés à l'entreprise Squarelectric. « À notre connaissance, il n'y a pas eu de sous-traitants, souligne Robert Colle. D'ailleurs, si on prend une société monégasque, ce n'est pas pour sous-traiter. »

Quelques appartements à L'Engelin

Ce dossier est certainement l'un des plus complexes sur le bureau du gouvernement, avec, entre autres, de très lourdes charges immatérielles pour procéder aux déménagements des locataires. Déménager oui, mais pour aller où ? Chaque foyer sera traité individuellement. «Si nous avons besoin de prendre quelques appartements à L'Engelin, nous les prendrons.» Mais tout l'immeuble, « certainement pas », lance le ministre.

« Nous ne regardons pas à la dépense, assure le ministre. Nous ferons voter toutes les sommes nécessaires. Le temps d'être dédommagé viendra. »

En attendant, l'eau courante dans les appartements ne sert plus qu'à prendre des douches ou nettoyer la vaisselle et le linge… Mais la situation devrait très vite redevenir normale. Robert Colle assure : « L'eau sera totalement potable en fin de semaine prochaine grâce aux filtres. Nous multiplierons les contrôles ». Serge Telle explique qu'en plus des filtres sur les robinets des éviers et lavabos, d'autres, spécifiques, vont être installés « sur les colonnes montantes. »

Mais dans un deuxième temps, les travaux seront sans commune mesure. « L'ensemble du système ne nous apparaît pas sûr, précise le ministre. Nous avons pris la décision de tout refaire. » Et Robert Colle souligne : « C'est entre deux et deux ans et demi de travaux. »

Un sujet qui va faire couler beaucoup d'encre…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.