Rubriques




Se connecter à

Ce que l'on sait de la 88e édition de la Fête du citron à Menton

La ville de Menton a dévoilé, ce mardi matin, l’affiche et le programme des festivités qui se dérouleront du 12 au 27 février. L’occasion, aussi, de faire visiter ses ateliers de confection.

Célia Malleck Publié le 17/11/2021 à 12:15, mis à jour le 17/11/2021 à 09:31
photos
Deux peintres travaillent sur une tête de 11 mètres de haut et 10 de large. Une première! Photo Jean-François Ottonello

La Fête du citron ne s’organise pas en un claquement de doigts. Ce sont des mois de préparation. Il faut sculpter et peindre les personnages, grillager les structures qui iront sur les dix chars et dans les jardins... Il faut aussi accrocher des centaines de milliers d’agrumes. Une tradition depuis 1930 qui fait venir 250.000 spectateurs chaque année.

"Ce sont 200 à 240 personnes qui travaillent dessus, tous corps municipaux confondus", souligne Franck Roturier, directeur des parcs et jardins. Un travail qui a déjà commencé au centre technique municipal de Menton.

Ce mardi matin, à l’occasion du dévoilement de l’affiche de la 88e édition de la Fête du citron, qui aura lieu du 12 au 27 février, la Ville a fait visiter ses ateliers de confection à la presse.

"Motif de 10 mètres de haut"

"On construit les carcasses métalliques, explique Sylvie Dorival, directrice adjointe des ateliers. Gilles pose du grillage qui recevra les fruits. Il faut bien le tendre pour qu’ils ne tombent pas".

 

"Ils sont accrochés, un à un, à l’aide d’élastiques", glisse Gilles Mervelay. "Ensuite, poursuit Sylvie Dorival, on ajoute au corps des éléments de décor. La tête, les mains, les jambes des personnages. Les guirlandes vertes, aussi, qui séparent les agrumes et donneront un motif de 10 mètres de haut. L’objectif est de donner le maximum de détail pour capter le regard."

Un des personnages qui va être installer sur les chars Photo Jean-François Ottonello.

"Quelque chose de vivant"

Ça, c’est la patte d’Audrey Ferrari. La décoratrice peint les têtes sculptées dans des blocs de polystyrène par André Jaume. Elle attache beaucoup d’importance à l’expression des visages. Et la subtilité du regard "pour qu’il ait quelque chose de vivant".

Elle travaille actuellement sur une tête de danseuse de l’opéra de Pékin avec son binôme, Pascal Mervelay. Un tableau de 11x10 mètres réalisé à partir d’un modèle. "C’est la première fois qu’on en fait une aussi grande", assure-t-il.

"Ça demande de la réflexion, explique la peintre. Selon les thèmes, je n’ai pas toujours le déclic. Une fois la maquette en main, je fais des recherches. Je me penche sur le motif, la couleur... C’est ce que j’ai fait pour cette tête de l’opéra de Pékin. J’essaye de ne pas accoler ma vision occidentale pour respecter le motif, la culture et les gens aussi. La Fête du citron est un événement international."

Autant éviter l’incident diplomatique. La mairie de Menton a déjà son lot de guerre politique. Le remplaçant de Jean-Claude Guibal, décédé le 25 octobre, n’a pas manqué d’en faire allusion en appelant les élus mentonnais restés à ses côtés.

"Une renaissance"

"Je ne pensais pas vous voir ici il y a trois semaines après le drame qui a touché Jean-Claude Guibal", a introduit le nouveau maire, Yves Juhel.

 

Qui enchaîne: "Il y a deux ans, la Fête du citron a été écourtée en raison de la crise sanitaire. L’an dernier, elle n’a pas pu se tenir. En 2022, la 88e édition sera une renaissance. Il faut qu’elle soit parfaitement réussie."

Les services de la Ville ont encore du pain sur la planche. Il leur reste trois mois avant le coup d’envoi des festivités.


Informations et billetterie à l’office de tourisme Menton Riviera et Merveilles au 8, avenue Boyer (dans les jardins Biovès).

Une fois la structure métallique montée et grillagée, les décors sont rajoutés ainsi que les membres du personnage. Jean-François Ottonello.

40 tonnes d’agrumes en provenance d’Espagne

Selon le directeur du service des Parcs et jardins de la Ville de Menton, 140 tonnes de citrons et d’oranges sont utilisées pour la Fête du citron. Les agrumes façonnent les corps des personnages des corsos et des sculptures exposées dans les jardins Biovès.

"Ils ne viennent pas de Menton, précise d’emblée Franck Roturier. Ce serait du gâchis d’utiliser nos citrons. On préfère prendre ceux d’Espagne produits à Valence et Murcie. Ils sont aussi comestibles, mais ils se conservent mieux et sont calibrés. On est donc obligés d’aller les choisir au départ des camions."

Comment sont-ils choisis? "Ce sont des marchés publics qui sont passés chaque année. Le coût dépend du mercurial des agrumes et varie en fonction des cours. Généralement, le prix varie entre 60 cts et 1 euro le kilo."

Une fois acheminés, il faut les stocker dans de bonnes conditions pour éviter qu’ils mûrissent trop vite. "Sinon, on est obligés d’en recommander", pointe le directeur des Parcs et jardins.

Le fruitage commence quinze jours avant. L’emploi du temps est millimétré. "On sait déjà ce qu’on va faire dans trois mois, pointe son adjointe, Caroline Gervais, qui gère la mise en valeur des jardins. On a un timing à respecter. Et on est tributaire de la météo."

Les décors qui vont servir pour cette 88e édition. Photo Jean-François Ottonello.

Programme

Exposition des motifs d’agrumes

Tous les jours de 10h à 18h au jardin Biovès, sauf le dimanche de 9h à 19h et les jeudis et samedis de 10h à 19h.

Jardin de lumières

Les 12, 15, 18, 22 et 25 février de 20h30 à 22h30 au jardin Biovès.

Corsos des fruits d’or

Les dimanches 13, 20 et 27 février de 14h30 à 16h sur la promenade du Soleil.

Corsos nocturnes

Les jeudis 17 et 24 février de 21h à 22h30 sur la promenade du Soleil.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.