Rubriques




Se connecter à

Ce que les résidents de la Principauté pensent du Grand Prix de Monaco

Avant que les premières F1 ne rugissent sur le circuit ce vendredi, les résidents de la Principauté nous ont fait part de leur affection pour cet événement inscrit dans l’ADN de Monaco.

Marco Thiollier Publié le 26/05/2022 à 15:03, mis à jour le 26/05/2022 à 15:08
Photos Dylan Meiffret

Le mythique Grand Prix de Monaco se déroule du jeudi 26 au dimanche 29 mai. Un événement attendu par beaucoup de Monégasques même si certains préfèrent quitter le Rocher.

Claire, 72 ans : "Le Grand Prix, ça nous réveille"

Claire, 72 ans. Photo Dylan Meiffret.

"C’est excellent, il faut que ça existe parce que ça fait connaître Monaco. Ça nous réveille le Grand Prix! Cette année il y a eu trois Grand Prix donc, c’est un peu le désordre en plus des travaux. La circulation risque aussi de poser problème. J’aime le milieu donc je compte bien sortir le jeudi ou vendredi soir pour voir l’ambiance mais après je quitte la ville. Je préfère regarder le Grand Prix à la télé. Après tout reviendra au calme un mois plus tard."

Marie Laure, 75 ans: "Beaucoup de bruit"

Marie Laure, 75 ans. Photo Dylan Meiffret.

"Cette année, je ne vais pas sortir de chez moi. Il y a trop de monde et trop d’infrastructures, c’est très spécial. Je préfère regarder le Grand Prix à la télé, on est plus tranquille. C’est sûr qu’il y a beaucoup de bruit pendant quelques jours avec tous les camions. Pour autant, je ne vais pas partir de la ville. Je trouve que c’est aussi une bonne chose pour l’économie monégasque et tous ses commerçants."

Dylan, 25 ans: "Je l’attendais toute l’année"

Dylan, 25 ans. Photo Dylan Meiffret.

"Pendant le Grand Prix c’est très intéressant de voir les différents types de voitures et les nouveautés. J’aime beaucoup les voitures et surtout les très vieilles. J’aime bien aussi regarder les courses. C’est vraiment un événement que j’ai attendu pendant toute l’année. Il y a beaucoup de touristes, mais je trouve que c’est normal. Ils ne restent pas trop longtemps donc ça ne me dérange pas spécialement."

 

Bénédicte, 56 ans: "C’est l’ADN de Monaco"

Bénédicte, 56 ans. Photo Dylan Meiffret.

"Si je suis là avec mes deux filles, c’est pour y participer d’une manière ou d’une autre. Pour les plus petits, je comprends que ce soit plus compliqué avec le bruit, et les problèmes de circulation. Je connais beaucoup de personnes qui partent de Monaco car la Formule 1 et l’ambiance pendant cette période ce n’est pas leur truc. Ma maman, par exemple, est moins intéressée car elle est bloquée sur le Rocher pendant 4-5 jours. Pour moi, le Grand prix fait partie de notre ADN à Monaco."

Alana, 27 ans: "Le lancement de l’été"

Alana, 27 ans. Photo Dylan Meiffret.

"C’est un événement international, qui se passe chez nous de manière exceptionnelle. C’est un circuit très particulier qui ne ressemble à aucun autre. Ça se passe dans la ville et l’ambiance est vraiment unique. En plus on a Charles Leclerc donc on a vraiment quelqu’un qu’on peut soutenir. C’est vraiment le lancement de l’été je trouve. Une sorte de top départ de la célébration à Monaco."

Shanina, 26 ans: "Un petit bijou entre les mains"

Shanina, 26 ans. Photo Dylan Meiffret.

"On sait qu’on est très envié. De savoir qu’on a un petit bijou entre les mains c’est très agréable. Pour ma génération et les passionnés d’automobile, le Grand Prix de Monaco c’est quelque chose d’exceptionnel. Pour quelqu’un qui n’aime ni la F1, ni la fête, ni le monde c’est compliqué. Lorsque le Grand Prix a été annulé à cause du Covid en 2020, j’avais l’impression qu’il me manquait quelque chose."

Germaine, 88 ans: "C’est une fois par an"

Germaine, 88 ans. Photo Dylan Meiffret.

"Le Grand Prix ne me dérange pas. Une fois par an ce n’est pas gênant. Cela aurait été plus d’une fois alors là, non. Il y a trop d’encombrements, de travaux et de bus. Ce qui est bien c’est que j’ai toujours des visites sur le circuit avec des amies qui viennent me voir. Je vais descendre voir l’ambiance, les stands et tout ce qui il y a autour. Je ne suis jamais partie pendant le Grand Prix, j’aime bien. Mes enfants aujourd’hui préfèrent partir de Monaco, ils en ont assez."

Claude, 71 ans: "Le bruit d’une Ferrari ce n’est pas du bruit"

Claude, 71 ans. Photo Dylan Meiffret.

"Je pars à chaque fois pendant le Grand Prix mais là on a des parents qui nous ont dit qu’ils aimeraient bien voir le Grand Prix. Alors cette année, on fait les aubergistes pour les accueillir à Monaco. En revanche, moi je n’irai pas voir la course. C’est comme si j’avais un conflit mental entre les enjeux de consommation de CO2 et les enjeux écologiques avec la crise climatique. Concernant le bruit, il ne me dérange pas quand il a du sens. Au Grand Prix, quand tu entends une Ferrari, tu entends une Ferrari donc c’est un message, pas du bruit."

 
Premières photos souvenirs hier dans les stands devant…Ferrari! Photo Jean-François Ottonello.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.