Rubriques




Se connecter à

Ce que la transition numérique va (bientôt) changer pour vous à Monaco

Lors d’un point d’étape sur le programme de transition numérique, l’exécutif a dévoilé sa feuille de route sur le sujet. Avec des changements concrets, à venir, pour les résidents du pays.

Thibaut Parat Publié le 29/10/2021 à 20:55, mis à jour le 29/10/2021 à 20:24
Depuis le lancement du programme « Extended Monaco », l’État monégasque a bâti les infrastructures numériques nécessaires pour déployer des projets d’intérêt public. Cyril Dodergny

Étape par étape, la Principauté poursuit sa transition numérique. Amorcée il y a trente mois, cette mue - connue sous l’appellation Extended Monaco - s’est accélérée avec l’apparition impromptue de la Covid-19. "La pandémie a démontré la nécessité de disposer d’infrastructures numériques performantes, agiles et sécurisées. Le numérique est devenu essentiel au bon fonctionnement d’un pays. L’enjeu de souveraineté en la matière est aujourd’hui une évidence", a insisté le prince Albert II lors d’un récent point d’étape au théâtre Princesse-Grace.

Les objectifs affichés par l’État monégasque sont clairs: devenir le Singapour de l’Europe, renforcer son attractivité et développer la compétitivité de son économie, l’un des piliers de sa prospérité.

Les fondations, à savoir les infrastructures numériques, ont été bâties pour répondre à cette ambition. "Déploiement de la 5G et de la fibre, cloud souverain, identité numérique, énumère Frédéric Genta, délégué interministériel en charge de la transition numérique. Nous avons construit l’équivalent numérique des routes et des bâtiments. Nous devons maintenant inventer la vie qui va avec."

Résumé de ce qui pourrait changer dans votre quotidien.

 

Pour la santé

Le ministre d’État, Pierre Dartout, dans sa feuille de route, a réitéré le souhait de bâtir un dossier médical partagé monégasque, une plateforme destinée à faciliter et fluidifier l’interaction entre les patients, les professionnels de santé et les organismes d’assurance médicale. "2021 aura vu le lancement de la première étape de cette stratégie : le portail d’accès à l’offre de santé de la Principauté avec plus de 30 000 rendez-vous gérés en ligne", explique-t-il.

D’ici Noël, deux services supplémentaires compléteront ce socle: la téléconsultation et la messagerie sécurisée de santé.

Les aînés monégasques bénéficieront, eux aussi, des bienfaits du numérique. "Une plateforme mettant en relation tous les interlocuteurs du maintien à domicile, plus tard des capteurs permettant de partager les données médicales, liste Frédéric Genta. L’objectif est d’assurer un suivi à domicile plus efficace et éviter l’hospitalisation." L’âge moyen d’entrée dans une structure de santé adaptée est, aujourd’hui, de 87 ans.

Pour le trafic

Pour pallier la congestion récurrente du pays aux heures de pointe, l’exécutif entend intensifier le déploiement et l’exploitation de capteurs connectés, aux feux verts notamment. Objectif: user de la puissance de calcul du cloud pour, dixit le chef du gouvernement princier, "améliorer la fluidité du trafic en Principauté, offrir la visibilité et la possibilité de réservation des places de parking et de livraison en extérieur ou encore réduire toujours un peu plus les incivilités."

Bientôt un guichet unique

Autre ambition affichée : que l’ensemble des démarches courantes des habitants de Monaco soit numérisé d’ici fin 2022. "Ces services concerneront notamment la gestion et l’attribution des appartements domaniaux, les inscriptions à l’école et les bourses ou encore les titres de circulation et d’immatriculation", liste Pierre Dartout. Lequel a profité de l’occasion pour annoncer le lancement, dans les prochains jours, d’un guichet unique, tout en précisant que les démarches physiques ne seront pas sacrifiées pour autant.

En ligne, il sera possible d’accéder à l’ensemble des téléservices de l’administration monégasque et suivre l’avancement de ses démarches. "Nous allons également œuvrer pour créer un service ‘‘Dites-le nous une fois’’ pour les grands événements de vie. Vous n’aurez qu’à déclarer une seule fois un déménagement, un mariage ou une naissance pour que cela soit pris en considération dans toute l’administration".

 

Une manière de répondre à la frustration grandissante des résidents devant fournir des documents similaires à plusieurs services.

Pour l'urbanisme

Pour renforcer sa vision de "ville intelligente", l’exécutif utilise une plateforme baptisée "jumeau numérique" pour modéliser, en amont, les conséquences de chaque décision d’urbanisme.

"Pour un nouvel immeuble, une nouvelle route, un nouveau rond-point, on modélise l’impact au niveau du bruit, du trafic, de la qualité de vie. Cela permet aussi d’anticiper les travaux en sous-sol", dévoile Frédéric Genta.

"Deux leviers : la formation et le fonds bleu"

Selon Frédéric Genta, la transition numérique est l’affaire de tous, "de la TPE au secteur bancaire, du secteur médical à l’immobilier, et des commerçants aux sociétés de services." Le plan de relance et d’investissement par le numérique du gouvernement repose, selon lui, sur deux leviers.

1. La formation

"L’enjeu est critique. Dans le monde post-Covid, 50% des métiers actuels auront disparu dans dix ans. Certaines compétences durent 2 ans contre 30 auparavant, il est donc nécessaire de se former très régulièrement. Avec l’aide du MEB et de la FEDEM, nous avons formé, en moins d’un an, plus de 2.000 salariés au numérique."
Chaque semaine, 500 salariés se forment via les cursus en ligne mis en place sur la plateforme Extended Monaco pour l’entreprise. "C’est un enjeu autant social qu’économique", insiste-t-il. 

2. Le fonds bleu

Doté de 20 millions d’euros pour inciter et soutenir financièrement les entreprises dans leur mue numérique, le fonds bleu semble connaître des résultats positifs après dix mois d’existence. "Les 300 entreprises ayant déjà bénéficié du fonds bleu vont créer plus de 250 emplois. Et surtout pour chaque euro de fonds bleu investi, les entreprises projettent 8 euros de chiffres d’affaires supplémentaires. Autre effet bénéfique pour notre économie, plus de 85% des projets sont confiés à des entreprises numériques monégasques."
Dès le plus jeune âge

3. Pour sensibiliser

Pour sensibiliser, au plus tôt, la jeune génération, Monaco est devenu le premier pays à enseigner la programmation à tous ses élèves dès la maternelle. "Il ne s’agit pas d’en faire des informaticiens mais de développer les capacités de logique et de raisonnement et leur permettre une meilleure compréhension du monde qui est le nôtre", nuance Pierre Dartout, ministre d’État.

Depuis la rentrée 2021, tous les élèves du collège et de seconde n’ont plus de manuels papiers et sont équipés en solutions numériques. Après les vacances de la Toussaint, ce sera le tour des élèves de première et de terminale.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.