“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Casinos : quelle formule gagnante pour l’après-Sun ?

Mis à jour le 28/08/2019 à 10:05 Publié le 28/08/2019 à 10:05
Le Sun casino fermera en 2023. Pas une surprise puisque le bail de la SBM ne sera pas renouvelé. Mais quid de l’avenir pour les salariés des Jeux ?

Le Sun casino fermera en 2023. Pas une surprise puisque le bail de la SBM ne sera pas renouvelé. Mais quid de l’avenir pour les salariés des Jeux ? Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Casinos : quelle formule gagnante pour l’après-Sun ?

Les salariés des Jeux s’inquiètent de la fermeture, en 2023, du casino situé au Fairmont Hotel. Les « casinos nomades » ont été testés cet été. Mais la formule idéale reste à trouver...

Ce n’est une surprise pour personne : Sun casino fermera en 2023. Mais déjà, l’activité se réduit de façon significative. Pour le personnel, le basculement est progressif puisque le Sun et le Café de Paris ont fusionné. Les employés travaillent tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Et en saison haute, ils sont parfois même mobilisés au Casino de Monte-Carlo ou aux « casinos nomades ».

Tentative de l’été : la reconduction des « casinos nomades » en version élargie au Jimmy’z ce mois-ci, en plus du Blue Gin du Monte-Carlo Bay.

Mais Thierry Petit, secrétaire général du Sun Casino et chef de table, explique que cette offre nouvelle se fait au détriment des autres casinos. « Nous sommes en manque terrible de personnel. Avec les casinos nomades, le Sun a dû fermer de 14 à 19 heures depuis le 1er juillet. Le soir, le Sun et le Café de Paris étaient à demi-ouvert. Parce qu’en plus, tous les efforts se concentrent sur le Casino de Monte-Carlo. »

Casinos nomades : « Au Jimmy’z, ce n’est pas concluant »

Sur l’opération des casinos éphémères, le bilan des salariés est mitigé. « Le Bay, c’est une bonne idée. Ça marche très bien. Par contre, au Jimmy’z, ce n’est pas concluant. En semaine, quand il n’y avait pas de soirées programmées dans la salle des Étoiles, il y avait très peu de clientèle. Le Jimmy’z ce n’est pas une bonne idée. Mais il fallait tenter l’expérience… »

Autre difficulté exprimée par les salariés : les conditions de travail. « Nous avions demandé que le casino soit non fumeur, souligne Thierry Petit. Bien que l’espace soit ouvert, la fumée nous arrive dessus quand même. »

Un inconfort que pointe du doigt un autre salarié qui souhaite rester anonyme : « Cigarettes, cigares, chichas... Après le service, nos vêtements empestent le tabac. » Et de conclure : « Les conditions de travail sont plus éprouvantes que d’habitude. »

« L’inquiétude vient du fait qu’il n’y a aucune communication »

Mais dans les casinos habituels, ce qui rend la tâche plus fatigante selon les salariés, c’est le manque de personnel. Et qui dit moins de moyens dit aussi moins de recettes. « De 105 salariés en 2000, nous sommes passés à 60 maintenant au Sun Casino », explique Thierry Petit.

Le salarié qui garde l’anonymat, note : « L’effectif est de plus en plus réduit. Une bonne partie des salariés a été affectée au pôle “cartes” du Casino de Monte-Carlo. Le restaurant a été fermé depuis plus d’un an. L’activité se réduit bel et bien comme peau de chagrin. On voit les employés qui partent au Casino de Monte-Carlo. Ne restent au Sun que les plus anciens et les tout jeunes. Comme il y a moins de personnel pour le Sun et le Café de Paris, on perd des clients. »

Une mort lente donc pour le Sun casino ? « Nous connaissons depuis longtemps cette échéance. Ce qui inquiète le personnel, c’est l’après-Sun. En réunion, nous discutons. Est-ce qu’un nouveau casino ouvrira ? Est-ce que tout le personnel des Jeux sera rapatrié au Casino de Monte-Carlo ? Est-ce que la Société des Bains de Mer optera pour les casinos estivaux ? Aujourd’hui, personne ne sait. Et la société fait des essais pour choisir la meilleure option. »

« L’inquiétude vient du fait qu’il n’y a aucune communication », insiste le salarié anonyme. « Aucune communication », certainement parce que rien n’est encore décidé.

Une chose semble acquise : il n’y aura pas de licenciement. Alors, si la mobilité d’un casino à l’autre, d’un jour à l’autre, n’est pas du goût de tous, certains trouvent aussi que ce système, mis en place depuis la signature de la nouvelle convention collective en 2015, évite la monotonie.

Malgré l’inquiétude que provoque naturellement l’inconnu de l’après-Sun, la transition semble toutefois se faire en douceur.

« Comme il y a moins de personnel, on perd des clients », affirme un salarié.
« Comme il y a moins de personnel, on perd des clients », affirme un salarié. Michael Alesi

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.