“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cartes bancaires piratées : alerte au skimming

Mis à jour le 26/06/2019 à 10:23 Publié le 26/06/2019 à 10:23
La vigilance est requise au moment de retirer de l’argent.

La vigilance est requise au moment de retirer de l’argent. L. M.

Cartes bancaires piratées : alerte au skimming

La technique consiste à voler vos coordonnées de cartes bancaires quand vous retirez de l’argent. Dans le Vieux-Nice, plusieurs personnes viennent d’être victimes de virements en Inde

Le service des fraudes de la Caisse d’Épargne m’a appelé samedi dernier vers 15 heures. Ils m’ont demandé si j’étais en Inde ! J’ai répondu que ça ne risquait pas, j’étais en train de jouer à la pétanque à Nice ! » Michel Lanteri, responsable de la collecte des ordures ménagères pour la Métropole, dans le Vieux-Nice, préfère en rire. Il a pourtant bien été victime d’une arnaque à la carte bancaire, le « skimming ».

Elle consiste à scanner votre carte bancaire à votre insu quand vous retirez de l’argent (voir infographie). Le dispositif, un scanner miniature placé sur le distributeur, est quasi invisible.

Pour Michel Lanteri, l’histoire se termine bien. « J’avais retiré de l’argent le même jour dans un guichet de la place Garibaldi. Ils ont ensuite tenté de faire un achat de 64 euros. Heureusement, la banque l’a bloqué tout de suite. »

Un de ses amis a également été victime de l’arnaque cette semaine, vraisemblablement dans le Vieux-Nice.

Si nombre d’utilisateurs de cartes bancaires sont assurés contre ce type de fraude, elle n’est pas sans conséquences. Anette Berthelot-Rossi, 79 ans, une habitante du Vieux-Nice en tremble encore... de colère. « Ça fait un choc quand vous recevez un SMS pour vous dire qu’on a piraté votre carte ! C’est ce qui vient de m’arriver. »

« C’est la double peine »

Alerte retraitée, Anette s’est immédiatement rendue à sa banque. Où on lui a conseillé de déposer plainte. « J’ai appelé le commissariat pour leur expliquer, on m’a dit que c’était celui de Foch, alors j’y suis allée. » Pour rien. Elle s’est simplement vue remettre un prospectus la renvoyant vers « Perceval », dispositif de dépôt de plainte en ligne. « Le problème c’est que je n’ai pas réussi à me connecter pour l’aider à déposer plainte », s’étrangle Stella, la voisine d’Anette, une ancienne universitaire, et professeur d’allemand. Elle aussi voulait signaler l’escroquerie. Elle a été victime cette semaine de l’arnaque au « skimming », probablement au même distributeur de la place Rossetti.

Stella Duneufjardin s’est réveillée lundi avec un SMS de sa banque. Cent euros avaient été virés en Inde dans la nuit. « Je m’en sors bien car je suis remboursée par la banque. Mais c’est lamentable pour ma voisine, elle n’a qu’une petite retraite. Son compte où il n’y avait que 140 euros, a été vidé, et sa carte bleue est maintenant bloquée par la banque. Il faut qu’elle attende comme moi d’en recevoir une autre. » Anette, la quasi octogénaire, soupire : « C’est la double peine. » En attendant, la solidarité de voisinage joue à plein : Stella va aider Arlette à payer ses courses le temps de retrouver une carte bleue.

« ça me met en colère qu’on vole ainsi de l’argent, enrage la quasi octogénaire. Qu’on soit des gens de peu, comme moi, ou bien riche, c’est pareil. » Le mari d’Anette, victime d’insuffisance respiratoire, a lui aussi subi le contrecoup de l’arnaque. « Il voulait aller casser la g... au voleur. Je lui ai dit qu’il ne risquait pas d’aller en Inde pour ça...»

Au final, ni Anette, ni Stella n’ont donc pu déposer plainte. Michel Lanteri, remboursé immédiatement, ne l’a pas fait, l’affaire étant pliée avec sa banque.

« Être extrêmement vigilant »

Fort logiquement, côté police nationale, on explique ne pas avoir reçu de signalement. Aucune enquête ne semble donc ouverte. « Nous n’avons pas connaissance d’arnaques significatives en ce moment, même si cette technique est hélas régulièrement utilisée », explique-t-on à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

En 2015, une vague de piratages avait touché les stations-service du département (lire par ailleurs). « Il faut être extrêmement vigilant au moment de se servir de la carte bleue », rappelle un policier. Certains réflexes permettent d’éviter l’arnaque (voir infographie).

Ces escrocs, très organisés, sévissent à un endroit avant de réapparaître à un autre.

La prudence est donc de mise.

Cette année-là, la gendarmerie des Alpes-Maritimes avait envoyé une alerte sur Facebook. À la Turbie, dans la plaine du Var, à Antibes, des dizaines de personnes avaient été victimes d'une escroquerie à la carte bancaire en faisant le plein de carburant. Comme dans le cas du Vieux-Nice, leurs coordonnées bancaires servaient ensuite à effectuer des achats,

le plus souvent à l'étranger. Des appareils miniaturisés, capables de scanner les cartes de crédit, avaient été placés dans des stations-service. Les signalements

à la police sont rares et pour plusieurs raisons : la difficulté de déposer plainte ou le remboursement automatique par les banques. Pour cela, il suffit de prouver, par exemple, que vous n’êtes pas en Inde et à Nice au même moment.

De quoi faire le jeu de ces escrocs très mobiles qui savent pouvoir arnaquer en toute tranquillité. Déposer plainte, agir rapidement, permet pourtant de mettre la main sur les bandes de vidéo surveillance des banques et de pouvoir arrêter les escrocs sur le fait quand ils viennent retirer leur piège électronique.

Michel Lanteri. Le compte de ce Niçois a également été piraté avec une tentative d’achat en Inde.
Michel Lanteri. Le compte de ce Niçois a également été piraté avec une tentative d’achat en Inde. Sébastien Botella
Stella Duneufjardin et Anette Berthelot-Rossi, deux voisines niçoises victimes de l’arnaque, vraisemblablement au même distributeur.
Stella Duneufjardin et Anette Berthelot-Rossi, deux voisines niçoises victimes de l’arnaque, vraisemblablement au même distributeur. G. L.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct