Rubriques




Se connecter à

Caprices et casse-têtes de vedettes en coulisses, les demandes les plus folles des invités du Festival TV de Monte-Carlo

Les organisateurs du 61e Festival TV de Monte-Carlo se mettent en quatre pour répondre à des demandes aussi exubérantes et oppressantes que classes et tendres de leurs invités. Indiscrétions.

Thomas MICHEL Publié le 21/06/2022 à 13:00, mis à jour le 21/06/2022 à 13:09
Jessica Alba, l'exigeante C. D. et T. M.

"Quand on propose à un acteur de représenter son projet à Monaco, rares sont ceux qui disent non. Tous s’estiment choyés comme nulle part ailleurs ici." Derrière ce constat de Cécile Menoni, directrice exécutive du Festival TV de Monte-Carlo, se cache un travail de sape à l’année pour les 35 membres de l’organisation.

"On arrive de plus en plus à anticiper les problèmes qui peuvent survenir. Gérer l’imprévu c’est notre métier après tout. Il y a des cas plus compliqués que d’autres, mais généralement on y arrive. [rires]"

Si certaines stars sont aussi indépendantes que respectueuses; d’autres, plus starlettes, nécessitent une assistance permanente. Aux frontières du ridicule parfois. Caprices, demandes insolites, pressions d’agents zélés et grande classe de certains acteurs, Monaco-Matin vous emmène derrière la caméra. Là où, sans fard, les vraies personnalités se révèlent.

Un jet privé pour Jessica Alba

Chaque vedette qui foule le tapis rouge du Grimaldi Forum est prise en charge du moment où elle quitte son domicile jusqu’à son retour. Et parfois, une simple escale vire à la course contre-la-montre.

 

En 2019, la série L.A.’s Finest [Bad Boys version féminine, Ndlr] était projetée en avant-première à Monaco. Pourtant, à quelques heures du tapis rouge, branle-bas de combat en coulisses. Star du programme, Jessica Alba lance une fusée d’alerte. Elle est bloquée à l’aéroport de Londres après avoir perdu son passeport.

"Il a fallu trouver une solution en urgence, se remémore Louise Zufferey, responsable de l’accueil des vedettes US. On a essayé de voir avec les douanes s’ils pouvaient lui faire un laissez-passer sachant qu’elle avait déjà fait un vol Los Angeles-Londres avec ses papiers d’identité. Elle est aussi allée à l’ambassade pour refaire son passeport…"

Bien qu’entourée de trois assistants personnels, c’est de son hôte monégasque qu’elle attend alors la solution. "Dans ces moments-là, on sent que les publicistes ont besoin d’être pris par la main. Ce sont de grands bébés."

Finalement, c’est un jet privé qui sera affrété pour extraire Jessica Alba de son île. Après un atterrissage à 18h10 à Nice et un crochet make-up à l’hôtel, l’actrice apparaît à 19h sur le tapis rouge pour la photo avec le Prince. à l’heure. "Les Américains demandent plein de choses mais, une fois sur place, ils sont professionnels jusqu’au bout des ongles."

Un art du poker face qui ne saurait faire oublier certains comportements. Non pas qu’Hollywood soit désagréable - "Ils sont même très sympas", assure-t-on au Festival - mais plutôt que certaines de vos stars préférées ont encore besoin qu’on leur glisse leur goûter dans la poche avant d’aller au travail. Sous peine de comédies…

 

"Comme Le Diable s’habille en Prada"

Oublis de passeport, pertes de bagages, suppléments bagages, besoins de navettes, refus d’être assis à côté d’untel… chaque année la gestion des transports représente le plus gros casse-tête pour l’organisation.

"C’est comme Miranda Priestly dans Le Diable s’habille en Prada, résume Louise. Tu essayes de leur expliquer que l’avion est plein et que ce n’est pas possible, mais ils demandent quand même de faire quelque chose." À en devenir chèvre.

Comme cette actrice qui avait loupé sa connexion à Londres et refusait de passer la nuit sur place au Sofitel. À tergiverser, l’hôtel finit par afficher complet, lui imposant d’aller crécher en dehors de l’aérogare. Volte-face, elle réclame alors une chambre au Sofitel. Ou rien. Elle finira par l’avoir grâce à l’entremise de British Airways, partenaire de longue date du Festival.

D’autres ne sont jamais arrivés à Monaco. Comme cet acteur américain en partance de Chicago et soudainement perdu de vue, y compris par ses cinq agents!

Pamela Anderson, elle, ne voulait pas partir! Il aura fallu un coup de main de la sécurité pour qu’elle libère sa chambre à Monaco.

Michael Douglas, le grand seigneur. Photo C.D..

La classe de Michael Douglas

Le constat est unanime. Le temps de l’exubérance est passé. D’un côté, les stars se méfient de leur ombre par crainte d’un bad buzz sur les réseaux sociaux. De l’autre, les studios se serrent la ceinture et misent sur les soirées de leur hôte monégasque. "C’est fini les notes de restaurant astronomiques! Les studios ont de moins en moins de budget", glisse-t-on en coulisses.

 

D’autres besoins émergent en revanche. La grande mode? Les régimes individuels. Eau de coco uniquement pour certains, fruits précis pour les autres. Cette année, la palme revient à une "accro" à une grande enseigne de Monte-Carlo. "Il lui faut absolument un café latte coconut, sinon elle ne peut pas continuer à faire les interviews parce qu’elle est trop fatiguée."

Certaines demandes sont plus attendrissantes. Une actrice de Grey’s Anatomy avait ainsi demandé un frigo supplémentaire dans sa chambre car elle devait tirer son lait pour son bébé.

Des futilités gommées par des leçons d’humilité et de courtoisie. Au rang des masterclass, on retrouve Michael Douglas, en 2019.

"Nous lui avions mis un agent de sécurité à disposition, raconte Louise. Il m’a appelée le lendemain pour qu’on l’enlève car il voulait être libre en sortant le matin et venir à pied au Festival. D’autres, avec un standing 1.000 fois inférieur, nous ont demandé un agent…"

Quant à Ron Perlman, dimanche encore il appelait Louise Zufferey en personne pour s’assurer qu’il pouvait partir en balade avec son épouse sans faire défaut au Festival. Idem pour Jane Seymour, partie vivre la dolce vita en Italie pour la journée.

"Au final, tous nos invités acceptent de revenir et, pour la grande majorité, sont reconnaissants de nos efforts pour les accompagner."

Sans rancune, donc.

"Des histoires d’amour qui naissent, d’autres qui se terminent"

Grâce aux partenaires du Festival TV de Monte-Carlo, Monaco Top Voyages et British Airways en tête, Louise Zufferey a cette année encore proposé des voyages sur-mesure aux 160 vedettes présentes.

"Pas mal d’entre elles ont décidé de profiter de venir pour visiter la France et faire des stops en Provence, et donc prendre des locations de voiture que nous gérons pour aller dans les petits villages."

Mais à avoir la bougeotte, certains s’y perdent. Et évidemment, se retournent vers les organisateurs pour rattraper le coup. "On a surtout des demandes qui changent constamment. Un périple qui devrait être simple entre Los Angeles, Londres et Nice, peut se transformer, comme cette année, en Seattle, Londres, Thessalonique, Skopje, Francfort, Nice."

Et pour parfaire le tableau, des valises s’égarent. "Et là, c’était des messages toutes les 5 secondes de l’agent qui flippait à l’idée qu’il faille faire la tournée des boutiques en arrivant à Monaco."

Demande en mariage et séparation houleuse

Heureusement, il y a des stars comme Jason Priestley - Brandon dans Beverly Hills - venu avec et son épouse et ses deux enfants. "Lui, c’est une pépite!"

Année après année, les organisateurs sont d’ailleurs témoins de l’évolution de certaines familles et couples. "Il y a des histoires d’amour qui naissent au festival, d’autres qui se terminent."

Si le président du jury fiction 2022, Neal McDonough, avait demandé sa femme en mariage à Monaco il y a vingt ans; Katharine McPhee et Elyes Gabel (héros de la série Scorpion) ont subitement rompu. Elle sortant en pleurs de la chambre un matin, lui y restant ivre avant de faire le check-out avec la sécurité de l’hôtel. Et tant d’amourettes secrètes…

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.