Cabinet princier, gouvernement, Conseil national, SBM, économie : le prince Albert II affiche ses ambitions

Politique, économie, justice, international, sports… A la veille de la Fête nationale monégasque, le prince Albert II parle franc et dévoile de grands projets lors d'un entretien exclusif accordé à Monaco-Matin.

Article réservé aux abonnés
Propos recueillis par Thomas MICHEL et Cédric VERANY Publié le 18/11/2022 à 07:49, mis à jour le 18/11/2022 à 07:50
exclusif
Attablé dans le jardin d’hiver du Palais princier, ce mercredi, le prince Albert II n’a éludé aucune question lors d’un entretien de 2 heures accordé à Monaco-Matin. Photo Jean-François Ottonello

Quelques mois après le remaniement de votre cabinet, avez-vous trouvé votre rythme de croisière ? Quels sont les principaux changements ?
Tous les pays ont cette nécessité de renouveler. Là, c’était aussi une occasion de féminiser davantage l’équipe, d’avoir des gens de différentes générations, d’une plus grande mixité. Tout se passe très bien, ils sont performants. Ce sont des gens plus jeunes, certes avec moins d’expérience pour certains, mais avec beaucoup d’énergie et de talent.
La communication est très bonne avec le gouvernement. Les choses sont un petit peu plus faciles à Monaco qu’ailleurs, où tout le monde se connaît ou presque. Il fallait que le cabinet trouve la bonne façon de procéder avec le gouvernement et tout cela est harmonieux maintenant, même si on peut toujours s’améliorer. C’est ce travail en équipe qu’il faut promouvoir et faire en sorte que cela fonctionne à tous les niveaux.

"J’ai été surpris par ces rumeurs et ces articles"

La mission du ministre d’État Pierre Dartout court jusqu’en septembre 2023, travaillez-vous déjà à sa succession alors que les noms de Christophe Castaner et du préfet Bernard Gonzalez ont (déjà) circulé pour le remplacer ?
Je dois vous dire franchement que j’ai été surpris par ces rumeurs et ces articles. Le renouvellement du ministre d’État n’est pas d’actualité pour l’instant. Ce qui a été avancé ce ne sont que des hypothèses de média.


Pensez-vous que c’est une façon de l’affaiblir ?
Probablement, des gens plus ou moins bien intentionnés essayent de déstabiliser les choses. Quand il y a des doutes, on travaille moins bien, on sape un peu la confiance des personnes en question. Mais je profite de cette occasion pour dire à Monsieur Dartout ma confiance.

"Une élection historique"


Comment avez-vous accueilli le départ de Stéphane Valeri du Conseil national et sa succession par Brigitte Boccone-Pagès, première femme présidente de la Haute assemblée ?
Il faut saluer cette élection historique d’une femme à la tête du Conseil national. C’est un beau symbole et j’ai constaté comme tout le monde l’implication dont elle a fait preuve dès ses débuts et son grand investissement dans tous les dossiers. Madame Boccone-Pagès a montré qu’elle était capable de diriger l’assemblée et de prendre des positions tout en étant attachée à cette culture du pas vers l’autre. Je sais qu’elle est déterminée à maintenir cette bonne qualité d’échange et de dialogue avec le
gouvernement.

Le Prince appelle Stéphane Valeri à maintenir le prestige de la SBM tout en veillant à sa dimension sociale. Photo Jean-François Ottonello.

SBM : "Stéphane Valeri le verra, ce n’est pas une mission facile"

Stéphane Valeri est appelé à prendre la direction de la Société des Bains de Mer, ce qui fait de lui une personnalité singulière qui aura œuvré à la fois au Conseil national, au gouvernement et à la SBM. Comme se passe le passage de témoin entre Jean-Luc Biamonti et lui ?
Certains diront que Monsieur Stéphane Valeri a peut-être des défauts, comme tout le monde, mais il a surtout beaucoup de belles qualités. Il prend ses marques, il apprend. C’était important, me semble-t-il, qu’il soit membre du conseil d’administration d’abord, avant de prendre les fonctions de président. Je sais qu’il a toutes les qualités pour réussir et qu’il réunira une équipe efficace autour de lui.

Le passage de témoin se passe bien avec Jean-Luc Biamonti. Je salue d’ailleurs le
travail de ce dernier à la tête de la SBM. Stéphane Valeri le verra, ce n’est pas une
mission facile. C’est une très grande société à l’échelle de la Principauté et une
société moyenne à l’échelle internationale, avec un prestige extraordinaire qu’il faut absolument maintenir à ce niveau de qualité tout en ayant un œil aiguisé sur sa dimension sociale, très importante pour Monaco.

Le Prince se félicite de la conjugaison de talents qui permet l’actuel rebond économique du pays. Photo Jean-François Ottonello.

"L’économie est bien repartie... mais il faut rester vigilant"

La question de l’attractivité du pays était au cœur des derniers débats au Conseil national : la Principauté est-elle toujours aussi attractive ? Avez-vous des doutes ?
Pas du tout ! Les chiffres du PIB de l’année 2021 ont démontré que l’économie monégasque est bien repartie. Les premiers chiffres que l’on a pour 2022 des retombées directes et indirectes de la saison estivale sont excellents. Je pense que la SBM aura aussi de bons résultats cette année. C’est encourageant ! C’est une conjugaison de la créativité de nos entreprises, du dynamisme des grands secteurs. Mais également des mesures d’accompagnement du gouvernement en temps de crise et en phase de reprise qui ont porté leurs fruits. La hausse des offres d‘emploi en témoigne aussi.
Cette attractivité se travaille dans le temps et dans la durée, c’est pourquoi une délégation interministérielle au sein du gouvernement a été constituée.
C’est une très bonne chose. Les chantiers sont nombreux, ils doivent déboucher sur des actions précises et énergiques. Je sais que le gouvernement est mobilisé et qu’il sait quoi mettre en œuvre.
Un travail plus aisé de surcroît  face à une situation économique rassurante…
Il faudra, bien sûr, garder un œil sur la situation internationale. Nous ne sommes pas à l’abri. S’il y a une inflation forte elle arrivera comme toujours avec un certain décalage ici, et nous serons inévitablement affectés. Il faut rester vigilant.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.